Paris : Ouverture sous haute protection de «Tel Aviv sur Seine»

POLEMIQUE Il y a pour l’instant bien plus de policiers et de journalistes sur place que de touristes…

20 Minutes avec AFP

— 

Les objectifs se braquent sur une partie de raquettes de plage, ce jeudi matin à Tel-Aviv sur Seine.
Les objectifs se braquent sur une partie de raquettes de plage, ce jeudi matin à Tel-Aviv sur Seine. — R. Lescurieux/20Minutes

Transats, policiers et détecteurs de métaux: l'opération controversée «Tel Aviv sur Seine» a débuté dans le calme et sous haute protection jeudi matin à Paris, alors que des associations propalestiniennes appellent à manifester plus tard dans la journée.

Seuls de petits drapeaux portant en français et en hébreu le nom de Tel Aviv et une photo de la plage de Tel Aviv distinguent ce modeste espace de 200 mètres du reste de «Paris Plages», niché le pont d'Arcole et le pont Notre-Dame, en plein coeur de la capitale. Une dizaine de personnes se promenait sur la berge, au milieu de nombreux journalistes et policiers.

500 policiers et gendarmes, une centaine de journalistes

Au total, 500 policiers et gendarmes ont été mobilisés pour la sécurisation du site et une surveillance en amont et en aval de l'opération, selon une source policière. Les forces de l'ordre procédaient à la fouille des sacs et passaient les visiteurs au détecteur de métaux à l'entrée du site. Une centaine ont été accrédité sur l’événement, indique la mairie de Paris à un de nos journalistes présents sur place.

Gaza Plage démarre à midi

Parmi les palmiers, parasols et transats de «Paris Plages», cette manifestation d'un jour met à l'honneur la ville de Tel Aviv avec jusqu'à 22h diverses animations ludiques, «foodtrucks» de spécialités méditerranéennes et concerts de DJs. Europalestine et une dizaine d'autres organisations ont annoncé la tenue d'une opération concurrente, baptisée «Gaza Plage», qui se tiendra de 12h à 21h entre le pont Notre-Dame et le Pont au Change, un espace adjacent à celui de «Tel Aviv sur Seine». 

Ce rassemblement, déposé en Préfecture, doit permettre d'«informer la population de la réalité de la situation» en Palestine, selon ses organisateurs.

 

Le Parti de Gauche n'appelle pas à se mobiliser

Le Premier ministre Manuel Valls a marqué son «soutien total» à la maire de Paris Anne Hidalgo qui a refusé d'annuler la manifestation «Tel Aviv sur Seine», comme le demandaient des élus, notamment du Parti de Gauche et du Parti communiste.

Toutefois, le Parti de Gauche «n'appelle pas à se mobiliser» jeudi, faute de moyens pour «éviter les provocations», a déclaré son coordinateur politique Eric Coquerel sur Europe 1.