Hauts-de-Seine: Un important réseau de trafic de drogues livrées à domicile démantelé

FAITS DIVERS A l’issue de leur garde à vue, les cinq trafiquants présumés ont été mis en examen et trois écroués…

R.L.

— 

Illustration: de la méthamphétamine.
Illustration: de la méthamphétamine. — REUTERS/Khin Maung Win

Cinq membres présumés d’un réseau de trafic de drogues de synthèse - démantelé par les policiers de la brigade de stupéfiants de Paris (BSP) - ont été interpellés la semaine dernière à Nanterre, Bois-Colombes et Asnières dans les Hauts-de-Seine, rapporte le Parisien.

150 g de 4-MEC

Selon les informations du quotidien, les policiers ont saisi aux domiciles des suspects, 15 g de cocaïne, 350 cachets de stéroïdes anabolisants, une trentaine de flacons de GBL (proche du GHB), 150 g de 4-MEC, ainsi qu’une centaine de grammes de méthamphétamine, plus connue sous le nom d’Ice.

Selon les premiers éléments de l’enquête, le principal commanditaire présumé du réseau, âgé de 27 ans aurait mis sur pied cette « petite entreprise » depuis près de dix-huit mois. Avec l’aide de son petit ami et de plusieurs autres complices - dont un âgé de plus de 60 ans -, il est soupçonné d’avoir alimenté en drogue près d’une centaine de clients issus de la communauté homosexuelle, mentionne le Parisien.

Livraisons à domicile

« Les acheteurs passaient discrètement commande sur des messageries fréquentées par la communauté homosexuelle. Leurs fournisseurs s’approvisionnaient en 4-MEC en l’achetant sur des sites Internet spécialisés, avant de se faire livrer des colis envoyés depuis les Pays-Bas. Ils se faisaient également expédier leur Ice depuis Taipei à Taïwan. Leur revendeur chinois a pu être interpellé alors qu’il était de passage à Paris », note une source.

Selon cette source contactée par le Parisien, « ces trafiquants livraient leurs clients à leur domicile ou à l’occasion de soirées organisées dans des chambres d’hôtel à Paris mais aussi un peu partout en Europe comme à Berlin en Allemagne ou à Barcelone et Madrid en Espagne. »

A l’issue de leur garde à vue, les cinq trafiquants présumés ont été mis en examen et trois d’entre eux écroués.