Elles mettent six heures pour faire les 45 km entre le Parc Astérix et Paris

TRAJET CAUCHEMAR Orane et son amie ont été oubliées sur le parking du parc Astérix et ont mis plus de six heures pour rentrer à Paris. Elle raconte ce voyage en enfer…

Camille Tombret

— 

Trajet entre le Parc d'attractions Astérix et le musée du Louvre de Paris.
Trajet entre le Parc d'attractions Astérix et le musée du Louvre de Paris. — Google Maps

Il y a des jours comme ça, il vaudrait mieux rester couché… Orane, étudiante en stylisme, a passé, il y a près d’un mois, la journée avec ses amis au Parc Astérix. Un jeudi comme les autres a priori, avant que la fin de journée ne tourne au cauchemar.

Tous avaient des moyens de transport différents pour se rendre à Plailly, dans l’Oise. « Pour Alicia et moi, il était moins coûteux de prendre la navette effectuant le trajet depuis le Louvre. Nous avons donc acheté un billet aller-retour au tarif unique de 23 euros, comme le conseille le site du parc », explique Orane.

Le début des ennuis

18h30, heure prévu pour rentrer sur Paris. Orane et son amie s’aperçoivent qu’un seul bus attend sur le parking, et non pas deux comme ce fut le cas au matin. Sans surprise, les problèmes commencent. Faute de places pour tout le monde, certains clients de la compagnie restent plantés devant l’entrée du parc.

« Le conducteur a passé un appel à sa société et nous a affirmé qu’une autre navette nous était envoyée, puis que nous devions l’attendre environ trois quarts d’heure », déplore Orane, précisant que c’est à peu près le temps du trajet Louvre-Parc Astérix. L’attente se fait longue pour Orane et Alicia, ainsi qu’une quinzaine d’autres voyageurs.

Tic-tac, Tic-tac

1h30 plus tard, toujours rien. Orane décide de retourner dans le parc afin de trouver une solution. « Un agent de la sécurité est arrivé, nous a embarquées jusqu’au poste principal et son supérieur a passé un coup de fil. Il avait finalement trouvé une navette pour venir nous chercher », précise la jeune styliste.

Les deux amies se retrouvent seules sur le parking, les autres clients s’étant débrouillés pour repartir. Une autre heure passe, lorsqu’un véhicule finit enfin par arriver sur le parking du parc d’attractions.

Trop beau pour être vrai

Mais leur périple n’est pas achevé pour autant. Ce bus venu chercher les deux jeunes femmes appartient à la société CIF (Courrier d’Ile-de-France) : il ne peut effectuer qu’un trajet Parc Astérix- Charles-de-Gaulle. Une fois à l’aéroport, Orane et Alicia doivent prendre le RER, pour être finalement arrêtées à Aulnay-sous-Bois à cause d’un incident sur la ligne. Une fois encore le sort s’acharne.

« Il n’y avait pas de taxis car c’était une journée de grève, nous avons finalement réussi à nous renseigner sur le bon bus à prendre et y sommes rentrées de force comme dans une boîte à sardines. Le bus nous a déposés au bout de la ligne 5 Bobigny-Pablo Picasso, et je suis arrivée chez moi dans le 15ème à minuit et quart », peste la jeune femme.

Une véritable épopée pour faire 48 km… « Après plusieurs coups de fils, nous avons été remboursées de la totalité du trajet soit 56 euros », explique Orane, qui aurait souhaité également un dédommagement pour le préjudice subi.

Contactée par 20 Minutes, la société Transdev Visual n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet.