Des « physios » de boîtes de nuit des Champs-Elysées condamnés

©2007 20 minutes

— 

Pour la première fois, le délit de faciès a été condamné hier par un tribunal parisien. Cinq physionomistes filtrant les entrées de quatre discothèques des Champs-Elysées ont été condamnés pour discrimination raciale après une opération de testing menée en 2005 par SOS Racisme. Le videur du Man Ray écope de 1000 € d'amende ; ceux du Queen, du Milliardaire et du Club 79, de 1500 € avec sursis.

Le tribunal estime que les physionomistes disposent d'une certaine « liberté d'appréciation », mais que compte tenu des « éléments de comparaison identiques » (mêmes tenues vestimentaires), seule la discrimination a pu les conduire à accepter l'entrée des Blancs et à la refuser aux minorités ethniques. Des dommages et intérêts de 2000 € par condamné ont aussi été alloués à SOS Racisme. Ils seront payés par les discothèques, civilement responsables.