Paris : A vos idées pour repenser sept places de la capitale

URBANISME La ville de Paris lance jusqu’à fin septembre une grande concertation sur l’aménagement de ces sept points névralgiques de Paris, mais placé aujourd’hui sous le règne de la voiture…

Fabrice Pouliquen

— 

A Bastille, l’idée serait de rapprocher le port de l’Arsenal du génie de la Bastille en coupant une partie de l’actuel rond-point à la circulation.
A Bastille, l’idée serait de rapprocher le port de l’Arsenal du génie de la Bastille en coupant une partie de l’actuel rond-point à la circulation. — LOIC VENANCE / AFP

Quel rôle donner aux places dans la ville du futur ?  Et comment les réaménager d’ici 2020 avec un budget des plus limités ? Les calculettes sont toujours autant interdites. En revanche, vous avez bien plus de quatre heures pour rendre votre copie. La ville de Paris vous laisse même jusqu’à fin septembre pour coucher vos réflexions sur le site idee.paris.fr.

C’est le nouveau projet teinté de démocratie participative lancé par Anne Hidalgo : la refonte de sept places de la capitale d’ici la fin de la mandature : Bastille, Nation, la place d’Italie, celle du Panthéon, Madeleine, Gambetta et la place des Fêtes.

Des places ou des ronds-points ?

D’ailleurs peut-on aujourd’hui parler de places ou de grands ronds-points dévolus aux voitures ? « C’est tout le problème à Paris, note Alexandre Bouton, directeur de l’agence d’urbanisme Urban Act,  qui travaille régulièrement sur des réaménagements de  places. Au fil des réaménagements, ces places sont devenues des espaces à bagnoles. Place la Nation, les huit files de circulations sont surdimensionnées. On pourrait en enlever sans que cela crée des bouchons. »

Sur ce point, il ne semble guère avoir de débats. Le réaménagement des sept places se fera au détriment de la voiture. Dans l’esprit de ce qu’il a été fait il y a deux ans  place de la République. « Certaines de ces sept places se prêtent assez bien au fait de fermer un côté aux voitures et de mettre le côté opposé à double sens », constate Jean-Louis Missika, adjoint d’Anne Hidalgo en charge de l’urbanisme. C’est ainsi la piste envisagée place de la Bastille, l’un des projets d’aménagement les plus ambitieux. « L’idée serait de rapprocher le port de l’Arsenal du génie de la Bastille en coupant une partie de l’actuel rond-point à la circulation », poursuit Jean-Louis Missika.

« Une crise des espaces publics à Paris »

Mais il ne sera pas seulement question de circulation.  Restreindre ces réaménagement à cette seule dimension serait en tout cas une erreur, à écouter Alexandre Bouton : « On vit une crise des espaces publics aujourd’hui à Paris, observe l’urbaniste.  Avec l’essor d’internet, des smartphones, des réseaux sociaux, il y a de moins en moins de rencontres fortuites et les places perdent une partie de leur raison d’être. C’est un enjeu fondamental : comment  remet-on l’échange au cœur de l’espace public ? »

Jean-Louis Missika dit avoir pris en compte ce point-là. « C’est tout le but de la consultation lancée auprès des Parisiens, explique l’élu. Il nous faut les inspirations de ceux qui ont l’usage pratique de ces places. Tant sur la question des déplacements que sur les notions d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite, des entrées de métro, de la végétalisation, d’un mobilier urbain qui inviterait à la flânerie… »

Un budget serré de 30 millions d’euros 

Mais il faudra être économe dans vos idées. 30 millions d’euros sont en prévu pour l’aménagement de ces sept places sur la mandature. C’est peu quand on sait que la place de la République, dont le pavement a été entièrement refait, a coûté à elle seule 24 millions d’euros.

Les propositions des Parisiens déposées sur idee.paris.fr seront reprises, dans une seconde phase, par  des étudiants paysagistes ou en école d’architecture qui seront invités à s’en inspirer pour proposer des projets entre lesquels la mairie tranchera. Jean-Louis Missika espère une première place terminée en 2016.