Paris : A Belleville, les prostituées chinoises sont sous pression

PROSTITUTION Depuis le 20 mai, elles disent faire face à une recrudescence des contrôles de polices accompagnées de brimades…

Fabrice Pouliquen

— 

Depuis le 20 mai, les prostitués chinoises de Belleville disent faire face à une recrudescence des contrôles policiers, accompagnée parfois d’abus et d’humiliations.
Depuis le 20 mai, les prostitués chinoises de Belleville disent faire face à une recrudescence des contrôles policiers, accompagnée parfois d’abus et d’humiliations. — LOIC VENANCE / AFP

Elles auront un œil sur l’assemblée nationale, ce vendredi. Pour lutter contre la prostitution, les députés devraient valider la pénalisation des clients, mesure contre laquelle les travailleuses du sexe de la capitale sont vent debout.

Mais les prostituées chinoises du quartier de Belleville ont d’autres soucis ces jours-ci. Depuis le 20 mai, elles disent faire face à une recrudescence des contrôles policiers, accompagnée parfois d’abus et d’humiliations.

Papiers déchirés et photos forcées

Le collectif Rose d’acier, qui fédère quelque 300 prostituées chinoises du quartier, a listé les témoignages. Les procédés décrits sont souvent les mêmes : contrôle d’identité inopiné, papiers déchirés par le policier et prostituées contraintes de se laisser photographier. Parfois, le vice est poussé plus loin, à écouter Yiyi. Après un premier contrôle, « j’ai poursuivi mon chemin, mais j’ai à peine fait quelques mètres qu’il [le policier] m’a rattrapé et m’a demandé à nouveau mes papiers [qu’il venait de déchirer]. » Lili évoque pour sa part ce policier qui, pour lui demander quel métier elle exerce, avait fait mine de prendre son sexe entre ses jambes.

Pas facile de vérifier ces dires. « Elles ont porté plainte ? Non ?, commente François Dagnaud, maire PS du 19e arrondissement. Je n’ai pas eu écho de ces dérives policières et je n’y crois pas une seconde. »

Rappel des consignes aux policiers

Aying, présidente des Roses d’acier, date ce changement d’attitude policière au 20 mai dernier. Quelques jours avant, François Dagnaud évoquait lors d’un conseil de quartier sa volonté de mettre fin à la prostitution à Belleville. « J’ai dit que Belleville n’a pas vocation à être ou à devenir la grande scène de prostitution à ciel ouvert de Paris », confirme-t-il. L’élu évoque aussi en parallèle des réunions avec le préfet de police de Paris et le procureur de la république pour évoquer la prostitution chinoise dans ce quartier. « Un rappel des consignes a été passé aux policiers en matière de lutte contre le proxénétisme, explique le parquet de Paris. Nous ne leur avons pas demandé de changer de méthode mais il a été dit qu’il convenait d’établir des procédures de racolage. »

Des prostituées encore plus fragilisées ?

A première vue, cette politique marche. Les prostituées chinoises sont bien moins nombreuses ces derniers jours à Belleville. Pourtant, les « passes » se font toujours, assure Aying : « Nous devons les faire dans des endroits plus reculés et moins sécurisés. Et, comme l’activité baisse, nous devons prendre plus de risques, en acceptant des clients réputés violents. »

Le docteur Jean-François Corty, directeur des missions France à Médecins du monde, ne comprend pas non plus la logique des contrôles incessants. « Nous observons cette pression policière sur le terrain, via notre programme Lotus Bus qui vient en aide aux prostituées chinoises de Belleville. Cela accentue encore la défiance des prostitués vis-à-vis de forces de l’ordre. Vers qui vont-elles se tourner si elles sont victimes d’un viol ou de violences ? »

François Dagnaud dit le problème complexe. « Nous ne misons pas que sur les contrôles policiers. La ville de Paris finance aussi des dispositifs d’aide à la sortie de la prostitution. Comme le Lotus Bus. Mais cela ne suffit pas. » L’élu voit alors dans les contrôles policiers un moyen de rendre l’espace public de Belleville à ses habitants. « Place Marcel-Achard, nous avons eu jusqu’à 100 prostituées au milieu des habitants, même la journée. »