Les cours high-tech des écoliers d'Elancourt

©2007 20 minutes

— 

« Nicolas, what time is it ? » Sur le tableau numérique interactif, une horloge apparaît. Nicolas répond à son enseignante. Une scène a priori anodine au détail près que la prof se trouve à Vancouver, au Canada. Car à l'école de la Commanderie d'Elancourt (Yvelines), le cours d'anglais de la classe de CM2 se fait par visioconférence. Installés en cercle autour du tableau, les élèves s'échangent le micro au gré des questions posées par l'institutrice canadienne, Shona. Pascale Sellin, son homologue française, est là pour veiller au bon déroulement de la séance.

Depuis le mois de janvier, cette classe expérimente ce nouveau mode d'enseignement, « un complément d'apprentissage et non une méthode », insiste Isabelle Mornand, responsable des programmes chez Educastream, l'entreprise à l'origine du concept. D'une durée de trente minutes, les cours se veulent avant tout ludiques. Les élèves apprécient d'« entendre l'accent anglais » et de « voir des images ». S'ils semblent aujourd'hui à l'aise, les débuts ont été un peu difficiles. « Ils ont dû se familiariser avec la technique, explique Pascale Sellin. Et il a fallu réajuster les leçons prévues dans le programme. » En collaboration avec l'inspection académique, l'institutrice travaille en amont, notamment en préparant le vocabulaire avec les élèves. Et l'initiative est appréciée des parents. Pour Véronique Moulin, représentante des parents d'élèves, « à force d'entendre l'accent anglais, les enfants seront moins perdus quand ils iront à l'étranger ». A la prochaine rentrée, le programme sera appliqué à toutes les classes élémentaires. Peut-être la fin du « french accent » ?

logiciel La mairie d'Elancourt mise sur les nouvelles technologies à l'école primaire. Notamment avec le programme Mémosaure, un logiciel d'exercices favorisant la mémoire. A raison de deux séances par semaine, les élèves tentent d'améliorer leur score. Sur le même principe, le logiciel Max and Claire a été créé pour travailler l'anglais. Et les tableaux numériques interactifs équipent depuis la rentrée de 2006 les écoles de la ville. Chaque enseignant a reçu une formation pour apprendre à s'en servir.