Le T+ s'étend aux trams et aux bus

©2007 20 minutes

— 

Le 1er juillet, le nouveau ticket de transport à l'unité deviendra blanc, plus cher, et plus complet. L'actuel ticket T deviendra donc T+, car en plus de conserver ses fonctions actuelles, il permettra à l'usager, pour une durée de 1 h 30, de réaliser une correspondance d'un bus à l'autre, ou d'un bus à un tramway, sans acheter un nouveau coupon, comme c'est actuellement le cas. Cette mesure, qui coûtera au Stif 21 millions d'euros par an, devrait concerner 400 000 voyageurs par mois. L'extension du dispositif aux correspondances avec le métro aurait été plus populaire. Mais beaucoup plus chère aussi : environ 80 millions d'euros. Elle n'a donc pas été retenue.

L'utilisation de ce nouveau ticket sera valable sur les quelque 1 200 lignes de bus d'Ile-de-France, sauf sur le réseau Noctilien (bus de nuit) et sur 29 lignes faisant l'objet d'une tarification spéciale. Le tram-train Aulnay-Bondy, considéré comme un mode de transport « à part », en est aussi exclu.

Les paramètres des composteurs et des tourniquets seront adaptés pour pouvoir lire les nouveaux tickets T +. Mais dans le bus, il ne sera pas possible de les acheter : « Les voyageurs achetant leur ticket à l'unité dans les bus ralentissent leur vitesse ; cela dégrade la qualité du service », explique Sophie Mougard, directrice du Stif. Seul un « ticket d'accès à bord », au tarif de 1,50 € - ne permettant pas la correspondance - sera proposé au voyageur. En échange, le Stif s'engage à multiplier par quatre ou cinq le nombre de distributeurs de titres de transport dans les arrêts d'autobus. Ils ne sont que vingt actuellement.