Le partage des berges ne coule pas de source

©2007 20 minutes

— 

Comment concilier préservation des espaces naturels que sont les berges de la Seine, de l'Oise et de la Marne et l'ouverture de ces sites aux promeneurs, qui rencontre un succès grandissant ? Pour résoudre cette équation, la région se met au partage des espaces. Au risque de la confusion. « La différence entre les lieux grand public et ceux dont l'accessibilité doit rester confidentielle n'est pas toujours claire », estime ainsi Marc Reimbold, directeur de l'agence portuaire centrale du Port autonome de Paris. Par exemple dans les Hauts-de-Seine, il arrive souvent que seuls les chemins de halage, en haut des talus, soient autorisés au public, afin qu'au bord de l'eau, faune et flore puissent se développer sereinement.

Pour la région, cette protection de la biodiversité « passe par une revégétalisation des zones qui avaient été bétonnées, comme dans le Val-d'Oise », explique Michel Vampouille, le vice-président (Verts) en charge de l'Environnement. Ainsi, on dénombrerait actuellement 34 espèces de poissons dans la Seine, contre moins de dix il y a vingt ans.

A Paris aussi, il s'agit de partager les espaces. Entre promenade et usage industriel. Paris ayant besoin de béton frais pour ses chantiers, elle conserve, dans les 13e et 15e arrondissements, des usines à béton. Et au port de Tolbiac, on va tester une nouvelle formule : le « temps partagé ». C'est-à-dire que lorsque la bétonneuse aura cessé ses activités, soirs et week-ends, le quai sera rendu accessible aux piétons. « Nos trois objectifs sont la sécurité des quais, la continuité piétonne et cyclable autant que faire se peut, et la propreté », avance Myriam Constantin, l'adjointe au maire de Paris en charge de l'Eau. Sur ce dernier point, beaucoup reste à faire. Une « convention pour le nettoiement des berges de Seine » entre la Ville et le port doit être soumise au vote des élus au prochain conseil de Paris. Elle vise à améliorer la propreté des quais de la capitale, tout de même classés Patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco.