La Carte orange amorce sa révolution

©2007 20 minutes

— 

La refonte de la tarification des transports en Ile-de-France est en marche. Comme nous l'annoncions le 25 mai dernier, le conseil d'administration du Stif va adopter deux mesures aujourd'hui : la suppression des zones 7 et 8 de la Carte orange, qui seront alignées sur le tarif de la zone 6, et le remplacement du ticket T (le ticket de transport à l'unité) par le T+, qui permettra soit de prendre le métro, soit d'emprunter des transports de surface (bus et tramway) durant 1 h 30. Ces dispositions entreront en vigueur le 1er juillet. Le prix des transports en profitera pour subir une augmentation (lire ci-dessous). « Mais il reste très en dessous de ce qui se pratique ailleurs en Europe », a insisté Jean-Paul Huchon, le président du Stif.

Ces mesures ne sont qu'un début. Les abonnements 1-7 et 1-8 représentent 1 % des 1,08 million de Carte orange mensuelles qui se vendent chaque mois en Ile-de-France. Soit à peine 11 000 abonnements. Simple et peu coûteuse - 5 millions d'euros par an -, leur suppression a pu être décidée rapidement, un an tout juste après l'arrivée de la région à la tête du Stif. Mais quid de la refonte totale du système de zonage en vigueur ? « Ce système n'est plus pertinent aujourd'hui, car il est inefficace et injuste, a rappelé Denis Baupin, adjoint au maire de Paris en charge des Transports. La réflexion est en cours pour voir s'il est judicieux de supprimer telle ou telle zone. Mais il faut surtout réfléchir en bassins de déplacement, et non plus considérer Paris comme le centre de la région. » Une tarification « en alvéoles » plutôt que centralisée reste à inventer, et risque de s'avérer compliquée à appliquer. Voire impossible ? Jean-Paul Huchon préfère remettre ce débat à plus tard, affirmant que « la priorité du Stif, ce n'est pas le prix des transports, mais la qualité. Quand le service est bien rendu, le voyageur ne se plaint pas du prix. »

Surtout, ce projet soulève de nouveau le problème du financement des transports. La part des collectivités a déjà fortement augmenté ces dernières années, a rappelé le président du Stif. C'est donc l'usager, et surtout les entreprises, qui pourraient voir la leur augmenter dans un futur proche.