Sport thérapeutique : L'aviron santé débarque en Ile-de-France

TENDANCE Sport complet et sans choc avec l’adversaire, la discipline a des atouts à faire valoir. La fédération y songe même pour remettre en selle des personnes gravement malades…

Fabrice Pouliquen

— 

Démonstration d'aviron le 2 juin 2015  au parc de Saint-Cloud où évolue le club d'aviron de l'ACBB (Aviron club Boulogne-Billancourt).
Démonstration d'aviron le 2 juin 2015 au parc de Saint-Cloud où évolue le club d'aviron de l'ACBB (Aviron club Boulogne-Billancourt). — F. Pouliquen / 20 Minutes

Ce n’est pas encore aussi connu que la zumba ou la gymnastique suédoise, deux pratiques très en vogue ces dernières années et qui surfent sur la dimension « sport bien être ». On n’y pense guère, mais l’aviron aussi, a sa carte à jouer en la matière. La discipline vient même de se doter programme spécifique « Aviron santé », peaufiné depuis deux ans au sein de la Fédération française d’aviron (FFA), et présenté ce mardi au parc de Saint-Cloud, où évolue le club d’aviron de l’ACBB (Aviron club Boulogne-Billancourt).

L’enjeu est d’attirer un nouveau public à l’aviron, une discipline qui compte 45.000 adhérents en France, loin des 20 sports les plus pratiqués dans l’hexagone. « Nous captons déjà les compétiteurs et ceux qui viennent dans une optique loisir, pour garder la forme et s’organiser des randonnées », décrit Yvonig Foucaud. L’aviron santé vise bien plus ceux qui souffrent d’une pathologie et qui estiment ne plus pouvoir faire de sports. Des personnes souffrant de diabètes, de cancers, d’obésité, de maladies cardiovasculaires, ou même d’arthériopathie.

Un sport complet sans traumatismes

L’aviron aurait donc des vertus thérapeutiques. Jean-Jacques Mulot, le président de la FFA, n’est pas à court d’arguments pour le justifier. « Il s’agit déjà d’une activité non traumatisante, il n’y a pas de chocs dans l’aviron. C’est aussi un sport complet, qui tire sur les bras comme sur les jambes et vous fera travailler votre endurance. On peut être seul ou en équipe sur le bateau. Et surtout, l’aviron se pratique désormais aussi l’hiver, en salle, sur des rameurs de plus en plus performants. »

Le programme Aviron Santé entend s’appuyer sur tous les atouts de la discipline. « Comparé à l’aviron classique, notre approche est bien plus progressive et adaptée à chaque pathologie, explique Yvonig Foucaud. Une personne souffrant d’obésité ne sera pas tout de suite mise sur un bateau mais commencera à travailler en salle sur un rameur, pour travailler le cardio, la souplesse, le renforcement musculaire. »

Huit clubs franciliens avec un coach aviron santé en septembre

Le programme est mis en place depuis seulement septembre. Vingt-cinq coaches, issus de différents clubs de l’Hexagone, ont été à ce jour formés à l’aviron santé et 200 personnes suivent actuellement ces programmes à travers la France. Parfois avec grand succès comme en témoigne Nathalie, membre des Rame’zelles, une équipe de femmes atteintes de cancers qui s’est formée en novembre dans la région de Blois (Loir-et-Cher) autour de leur coach Isabelle Riquier. « Mon médecin n’en revient pas, glisse-t-elle dans un sourire. Je me pensais finie pour le sport après les multiples opérations subies et le traitement que je suis actuellement qui est censé m’affaiblir. On y est allé progressivement, mais en trois mois l’aviron m’a transformé et je peux même désormais faire un peu de vélo et de natation. » Le groupe s’est fixé pour objectif de participer dans deux ans à la Vogalonga, une grande randonnée de bateaux à aviron qui a pour théâtre Venise.

D’autres groupes pourraient suivre ! « Nous voulons atteindre les 30 coachs formés d’ici à la fin de l’année, reprend Yvonig Foucaud. De nouveaux groupes vont se créer à la rentrée de septembre. » A commencer par l’Ile-de-France où les clubs de Boulogne, Lagny, Mantes-La-Jolie, Marne Joinville, Choisy-Le-Roi ou encore Fontainebleau auront leur coach aviron santé à la rentrée prochaine. Les inscriptions démarrent déjà.