VIDEO. Paris: Les pickpockets de la Tour Eiffel placés en détention

FAITS DIVERS «Déguisés en touristes», les voleurs se divisaient en équipes de trois ou quatre...

20 Minutes avec AFP

— 

La Tour Eiffel, le 25 mai 2015
La Tour Eiffel, le 25 mai 2015 — Miguel Medina AFP

Huit Roumains, soupçonnés d'être des pickpockets visant notamment les touristes visitant la Tour Eiffel et le Château de Versailles, ont été placés en détention après leur mise en examen à Paris, a-t-on appris samedi de source judiciaire.

Agés de 17 à 47 ans, ils ont été mis en examen pour vols et escroqueries en bande organisée et association de malfaiteurs. Cinq d'entre eux ont été écroués, tandis que trois, qui ont demandé un débat différé sur ce point, ont également été placés en détention en attendant.

Pickpockets de la Tour Eiffel: Décryptage du mode opératoire des champions du vol à la tire

Un complice détournait l'attention du touriste

L'annonce jeudi de l'arrestation de ces suspects intervenait une semaine après un mouvement de protestation des agents d'accueil de la Tour Eiffel contre la «recrudescence» d'activité des pickpockets.

Il avait entraîné la fermeture pendant plusieurs heures de l'emblématique tour parisienne, qui accueille plus de 7 millions de visiteurs chaque année, dont environ 75% d'étrangers. Versailles a accueilli 7,5 millions de visiteurs en 2013 si on inclut les spectacles.

Ils ont été arrêtés dans deux hôtels situés à Issy-les-Moulineaux et Meudon, dans les Hauts-de-Seine. De l'argent liquide (3.000 euros), de nombreux vêtements et accessoires de luxe ainsi que des tickets d'entrée et des audio-guides pour la Tour Eiffel et le Château de Versailles ont été saisis.

Les enquêteurs disposent également de photographies montrant des billets épinglés sur un sapin de Noël ou exhibés par les suspects hilares, selon une source proche de l'enquête. «Déguisés en touristes», les voleurs se divisaient en équipes de trois ou quatre. Un complice détournait l'attention du touriste, soit en le bousculant, en mimant un faux selfie à ses côtés, ou en lui bloquant le passage tandis que d'autres dérobaient les objets de valeur.

Jusqu'à 3.000 euros par mois rapatriés en Roumanie

«Ce clan familial, très discret et peu connu des services de police, était particulièrement mobile, agissant dans d'autres capitales européennes touristiques et effectuait de nombreux allers-retours vers la Roumanie», a expliqué une source policière. L'analyse des transferts d'argent a montré qu'un voleur pouvait rapatrier jusqu'à 3.000 euros par mois en Roumanie.

A Paris, 26.000 policiers doivent être déployés cet été sur une dizaine de sites touristiques emblématiques, pour lutter notamment contre les vols à la tire. En avril 2013, les personnels du musée du Louvre avaient eux aussi exercé leur droit de retrait au nom de la sécurité des touristes dans la capitale, qui attire près de 30 millions de visiteurs par an.

A la tour Eiffel, au chat et la souris entre policiers et voleurs