Paris: Un «risque d'épidémie» au campement de La Chapelle

MIGRANTS Un rapport de l’Agence régionale de la santé fait état d’un risque d’épidémie dans le campement de migrants installé boulevard de La Chapelle et va faire l’objet d’une mesure d’évacuation…

Fabrice Pouliquen
— 
Une centaine de tentes, dans lesquelles dorment jusqu'‡ quatre rÈfugiÈs, sont installÈes sous une portion aÈrienne du mÈtro  de la ligne 2, ‡ la station Porte de la Chapelle, ‡ Paris, le 3 mars 2015.
Une centaine de tentes, dans lesquelles dorment jusqu'‡ quatre rÈfugiÈs, sont installÈes sous une portion aÈrienne du mÈtro de la ligne 2, ‡ la station Porte de la Chapelle, ‡ Paris, le 3 mars 2015. — F. Pouliquen / 20 Minutes

Un «risque d'épidémie» justifiant une évacuation rapide a été diagnostiqué dans le campement de migrants du boulevard de La Chapelle (10e), a affirmé mercredi devant les conseillers de Paris le préfet de police Bernard Boucault, sans préciser la nature de cette épidémie.

«J'ai (...) demandé à l'Agence régionale de santé un rapport sur la situation sanitaire de ce site. Ce rapport m'a été remis le 22 mai dernier. Il fait état d'un risque d'épidémie. Je considère donc que ce péril imminent lié au risque d'épidémie est susceptible de justifier au plan juridique (...) que je prenne un arrêté sur le fondement de mes pouvoirs de police générale», a déclaré Bernard Boucault, en réponse à une question d'actualité des écologistes.

Paris: Un mini-Sangatte apparu à la station La Chapelle

« La décision d’évacuation va s’imposer »

«La décision d'évacuation qui va s'imposer» sera accompagnée «de propositions d'hébergements individualisées en fonction de la nature des publics. Les femmes avec enfants relèvent de l'aide sociale à l'enfance de la Ville (...) Les demandeurs d'asile ont vocation à être pris en charge par le dispositif national d'accueil en fonction de leur lieu de dépôt de demande (...) Les autres personnes en transit vers d'autres destinations et qui ne veulent pas demander l'asile se verraient proposer une mise à l'abri temporaire. Ce travail de recherche d'hébergements en nombre suffisant est en cours», a précisé le préfet.

«Une fois l'évacuation réalisée, il conviendra évidemment de sécuriser immédiatement ce site afin d'éviter toute nouvelle occupation ainsi que de veiller au risque d'effet report sur d'autres campements de ce type», a-t-il complété. Selon le préfet, environ 370 à 380 personnes originaires d'Afrique de l'Est occupent le campement situé sous le métro aérien.