Examens à Villepinte: Etudiants stressés, hôtels complets et prix qui s’envolent

SOCIETE Pour le concours de l’internat en médecine, qui commence ce mercredi, certains ont réservé une chambre un an à l’avance…

Romain Lescuieux
— 
Des étudiants passent le concours de médecine à Marseille, le 11 décembre 2012
Des étudiants passent le concours de médecine à Marseille, le 11 décembre 2012 — Anne-Christine Poujoulat AFP

« Je suis désolée, il n’y a plus de chambre », indique une standardiste. « C’est complet depuis longtemps, mais il m’en reste une à 209 euros la nuit », répond une autre. Qu’ils soient une, deux ou trois étoiles, les hôtels de Villepinte (Seine-Saint-Denis) ont le même discours, ce mardi à la veille du concours de l’internat en médecine (ou ECN : épreuves classantes nationales), qui se déroule ces trois prochains jours au Parc des expositions, pour le secteur Ile-de-France.

Pas de RER A : 50 candidats arrivés en retard à l’agrégation éliminés d’office

Car pour éviter les bouchons sur l’autoroute, les problèmes techniques ou une grève des transports en commun, beaucoup d’étudiants de médecine en région parisienne réservent pour cette période une chambre d’hôtel, le plus près possible du centre d’examen. Et n’hésitent pas à s’y prendre longtemps à l’avance pour obtenir cette perle rare.

« Je pensais que c’était une légende urbaine »

« Pour mon concours de la première année de médecine, j’étais restée coincée dans le RER. Je suis arrivée quelques minutes avant le début du concours. J’ai donc préféré éviter ces émotions supplémentaires pour cette année », explique Camille*, 24 ans. Ce qui est loin d’être simple.

Le concours de médecine, entre sélection impitoyable et élitisme social

« On m’avait dit il y a quelques années que les hôtels pour ce concours de l’internat étaient réservés plus d’un an à l’avance. Je pensais que c’était une légende urbaine. Mais effectivement, je me suis rendu compte en août 2014 que tout le monde avait déjà booké sa chambre pour le mois de mai », poursuit-elle.

La jeune fille a finalement trouvé en septembre une chambre dans un hôtel à Roissy, à une vingtaine de minutes en voiture du Parc des expositions. Et malgré cette obligation de se rendre à l’examen par la route le matin même, cela « reste le meilleur rapport qualité prix-distance », dit-elle. Mais s’épargner du stress pour le reste de sa semaine a un coût : 180 euros pour deux nuits.

« Ils savent qu’ils seront complets, donc ils en profitent »

« Les hôteliers connaissent les principaux examens qui ont lieu à Villepinte et celui-ci en particulier, car quand on appelle, ils demandent si c’est pour le concours de l’internat », raconte Julien, qui a passé l’ECN en 2012 et avait réservé sa chambre un an à l’avance. Même constat du côté de Paul-Robert qui a lui passé l’examen l’an dernier.

« Ils savent qu’ils seront complets, donc ils en profitent. Lorsque j’ai réservé, il y avait tous les prix. Ça pouvait monter jusqu’à 400-500 euros pour deux nuits seulement. Quand on sait que nous sommes payés 200 euros par mois en tant qu’externe… », déplore-t-il.

« Dès que l’on connaît la date, la direction met en place une politique tarifaire »

« Chaque année, c’est la même chose. Dès que l’on connaît la date, la direction met en place une politique tarifaire », explique à 20 Minutes le standardiste d’un hôtel qui souhaite garder l’anonymat. « Avant, nous augmentions davantage les prix. Mais cette année, nous avons décidé d’être plus abordables pour les étudiants », note-t-il, en affichant un prix de 105 euros la nuit en moyenne pour ces prochains jours, contre 59 en temps normal. Une situation que des associations de consommateurs désapprouvent.

« Si les taxes hôtelières restent fixent, les prix peuvent eux varier du tout au tout avec la libre concurrence et la loi du marché. S’ils veulent augmenter leurs prix quand il y a une forte demande, ils le font. Ils sont dans leur droit, mais nous déplorons cette situation subie par les consommateurs », affirme Martine Derobert, secrétaire générale de l’Association Force ouvrière consommateurs (Afoc).

* Le prénom a été changé.