Devedjian domine les Hauts-de-Seine

©2007 20 minutes

— 

Une victoire par K.-O. A l'issue d'un vote interne au groupe UMP du conseil général des Hauts-de-Seine, hier matin, Patrick Devedjian a été désigné candidat unique à la succession de Nicolas Sarkozy à la tête du département. Il a obtenu quinze voix sur vingt-quatre - Nicolas Sarkozy, conseiller général de Neuilly, ne participait pas au vote. Jean-Jacques Guillet et Isabelle Balkany, ses concurrents, recueillent quatre voix chacun. Le nouveau groupe de la majorité présidentielle, issu de la scission au sein de l'UDF, se réunira aujourd'hui pour désigner son candidat. Il devrait conforter Patrick Devedjian. L'élection du nouveau président aura lieu vendredi.

Nicolas Sarkozy devait initialement démissionner de son mandat de conseiller général avant l'élection du président. « Finalement, explique-t-on à l'hôtel du département, il a préféré inverser le calendrier pour accélérer le processus. » Sitôt élu, Patrick Devedjian a dit aux conseillers UMP sa « volonté de travailler dans l'unité ».

Contacté par 20 Minutes, le futur président des Hauts-de-Seine s'est déclaré « heureux de la confiance des élus, d'autant que cela faisait longtemps qu'il n'y avait pas eu de vraie compétition pour élire le président du conseil général ». Il cumulera sa fonction avec celle de secrétaire général de l'UMP, et sans doute de député. Mais pas de ministre, comme il l'espérait. « Je m'étais préparé à d'autres responsabilités, reconnaît-il. Le président de la République a préféré me donner un rôle de premier plan au sein de l'UMP. J'ai conscience de l'importance que cela représente dans son dispositif politique. »

Dans les Hauts-de-Seine, il annonce qu'il soutiendra deux axes : « Développer le quartier de la Défense, que je considère comme le Manhattan français, et développer la politique de solidarité envers les plus démunis. » Sur le dossier des transports, il entend « mener une politique complémentaire avec Paris, car les transports doivent se concevoir au niveau francilien, pas chacun dans son coin ». Mais il estime que « le premier besoin est pour la banlieue ».

cantonales La cantonale partielle de Neuilly devrait se dérouler avant la rentrée. « Deux autres cantonales pourraient avoir lieu dans le département, note un observateur. Il serait judicieux de les regrouper. »