Pas de poursuites pour la Santé

© 20 minutes

— 

SOS Racisme s’apprête à faire appel de la décision rendue, hier, dans l’affaire des discriminations ethniques à la prison parisienne de la Santé. En juillet 2000, l’association avait porté plainte après avoir recueilli les témoignages de plusieurs membres du personnel de l’établissement pénitentiaire qui confirmaient la répartition par blocs des détenus en fonction de leur origine raciale. Selon les bâtiments, les prisonniers ne bénéficiaient ni des mêmes conditions de détention ni des mêmes offres d’activités. La justice a pourtant rendu, hier, une ordonnance de non-lieu, estimant qu’il n’existe « pas de charges suffisantes contre quiconque d’avoir commis le délit de discrimination ». SOS Racisme compte également agir « par le biais de parlementaires » pour faire changer le système de répartition ethnique toujours en vigueur à la Santé.