Ile-de-France: Deux ans de retard pour la ligne 15 sud du Grand Paris Express

Transports Prévue pour 2020, la mise en service de ligne 15 sud du Grand Paris Express est retardée de deux ans...

P.P. avec AFP

— 

Illustration d'une bouche de métro à Paris.
Illustration d'une bouche de métro à Paris. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Si les travaux de la ligne 15 sud du Grand Paris Express ont déjà commencé à Issy-les-Moulineaux et à Champigny-sur-Marne, un retard de deux ans a été annoncé ce mardi par Philippe Yvin, président du directoire de la Société du Grand Paris (SGP). Dans un entretien à la lettre spécialisée Mobilettre, il explique que la mise en service de la ligne de métro aura lieu en 2022 et non en 2020.

«Nous venons de transmettre l'avant-projet au Stif [Syndicat des transports en Ile-de-France] (...) C'est l'occasion de préciser le calendrier de réalisation qui donne une estimation de mise en service à la fin 2022», a indiqué Philippe Yvin. Il a justifié ces deux années de retard par la nécessité d'«un peu plus de temps d'études», l'optimisation de la phase achats «pour permettre aux entreprises de génie civil de répondre à ces appels d’offres complexes dans les meilleures conditions», et l'allongement de la phase de travaux.

Des travaux colossaux

Le tronçon sud de la ligne 15, qui reliera Noisy-Champs au Pont de Sèvres, est le premier à devoir être mis en chantier. Quatre nouvelles lignes de métro en Ile-de-France sont prévues à horizon 2030, ainsi que le prolongement de deux lignes existantes, dont le premier, celui de la ligne 14 au nord, initialement prévu pour 2017, a été repoussé à 2019. «On a construit 15 kilomètres de métro ces quinze dernières années en Ile-de-France, et nous allons en faire 200 dans les quinze ans qui viennent! Avec la ligne 15 sud, ce sont 33 kilomètres et seize gares que nous allons réaliser d'une traite. C'est une première en France», a détaillé le président de la Société du Grand Paris.

Quant au coût de la ligne 15 sud, Philippe Yvin a souligné qu' «à 8% près [soit une différence de 400 millions d'euros], nous sommes dans l'évaluation initiale, autour de 5 milliards d'euros». Cette différence s’explique «notamment par les coûts d'interconnexion (...). Mais le coût final ne sera bien entendu connu qu'à l'issue des marchés publics et nous ferons jouer la concurrence afin d'obtenir les prix les plus avantageux», ajoute-t-il.

La région souhaite un retour au calendrier initial

Jean-Paul Huchon, président de la région Ile-de-France et président du Stif (l'autorité organisatrice des transports franciliens), a «regrett(é)» dans un communiqué ce retard, «s'il est avéré». Il a rappelé que «la ligne 15 sud desservira 22 communes et plus d'un million d'habitants. Elle est cruciale pour le développement du sud de l'Île-de-France. Elle devrait assurer 300.000 voyages quotidiens dès sa mise en service.»

Jean-Paul Huchon a exprimé le souhait «que la SGP et l'Etat, en responsabilité sur ce projet, proposent dans les prochains mois des optimisations, tant financières que techniques, pour tenter de raccourcir ce délai et de coller ainsi au mieux au calendrier initial». Il a proposé que «les équipes du Syndicat des Transports d'Île-de-France apportent à la SGP leur appui technique et leur expertise en ce sens».