Paris: La vidéoverbalisation va s’étendre à 34 nouveaux axes de la capitale

AMENDES L’extension du dispositif sera effective le 11 mai prochain. Depuis le 2 avril 2013, les 125 caméras en place à Paris ont déjà flashé 61.465 fois…

Fabrice Pouliquen

— 

Depuis le 2 avril 2013, les 125 caméras en place à Paris ont constaté 61.465  infractions.
Depuis le 2 avril 2013, les 125 caméras en place à Paris ont constaté 61.465 infractions. — VINCENT WARTNER / 20 Minutes

La vidéoverablisation tisse sa toile dans Paris. 125 caméras du plan de vidéoprotection pour Paris avaient été installées le 1er avril 2013 sur 14 axes routiers de la capitale pour constater les infractions au code de la route. Figurent notamment dans la liste les Champs-Elysées, les grands boulevards, la rue de Rivoli (la carte à consulter ici)

La préfecture de police veut pousser le dispositif beaucoup plus loin avec l’équipement de 34 axes de la capitale en caméra de vidéoverbalisation. «Des axes particulièrement accidentogènes», détaille la Préfecture de police qui précise par ailleurs que la quasi-totalité des couloirs bus de Paris sont  aujourd’hui couverts par la vidéoprotection.

Cette extension de la vidéoverbalisation à 34 nouveaux axes sera effectif le 11 mai prochain. Ces 34 axes routiers sont le boulevard de Magenta (10e), l’avenue de Flandre (19e), la rue Royale (8e), la place de la Porte Maillot (16e), la rue Lafayette (9e et 10e), l’avenue Denfert Rochereau (14e), la place Denfert Rochereau (14e), le boulevard Davout (20e), l’avenue Winston-Churchill (8e), le boulevard de l’Hôpital (13e),  la rue du Faubourg Saint Martin (10e) (des Grands Boulevards à Stalingrad), le boulevard Macdonald (19e), le boulevard de Port Royal (5e, 13e et 14e), le boulevard de Strasbourg (10e), le boulevard de la Madeleine (1er et 9e), le boulevard des Capucines et Boulevard des Italiens (2e et 9e), l’avenue d'Italie (13e), le boulevard Voltaire (11e), la rue du Faubourg Saint Antoine (11e et 12e), la rue Saint Antoine (4e),  la place de la République (3e, 10e et 11e), le boulevard Haussmann (8e et 9e), l’avenue de Friedland (8e), le boulevard du Montparnasse (5e, 6e, 7e, 14e et 15e), le boulevard des Invalides (7e), la place d’Italie (13e), le boulevard Saint Marcel et place Valhubert (13e), le boulevard de Grenelle (15e), la Porte de Saint Cloud (16e), l’avenue de Versailles (16e), le boulevard de la Chapelle (10e et 18e), l’avenue de Saint Ouen (17e et 18e), le boulevard de Rochechouart (9e et 18e) et le boulevard de Clichy (9e et 18e).

61.465 infractions constatées depuis avril 2013

Y figurent aussi huit carrefours accidentogènes. Aux croisements des rues Réaumur et Saint-Martin (3e), du boulevard de la Tour Maubourg et de l’avenue de Tourville (7e), des rues de Chateaudun et Taitbout (9e), de l’avenue de la Porte d'Asnières et du boulevard de Reims (17e), des rues de la Chapelle et Raymond Queneau (18e), du boulevard Ney et de l’avenue de Saint-Ouen (17e), des rues d'Avron et des Pyrénées (20e) et du boulevard de Strasbourg et Boulevard de Magenta (10e).

Ces caméras visent  à décongestionner des axes très fréquentés, dont les couloirs de bus) et qui font l’objet de stationnement irrégulier. Elles sanctionnent aussi les stationnements en double file et les franchissements de feu rouge. Au 31 mars 2015, 61.465 infractions avaient été constatées par le dispositif de vidéoverbalisation au total des 14 axes équipés depuis la mise en place du dispositif le 2 avril 2013. Le secteur des grands boulevards représente à lui seul plus de 36% des infractions constatées. Suivent les Champs-Elysées et le boulevard de Clichy. 

14 axes routiers déjà couverts à Paris
Les 14 axes couverts depuis avril 2013 sont l’avenue des Champs Elysées, l’avenue de l’Opéra, la rue Rivoli, la place Saint-Augustin, le boulevard Saint-Germain, les boulevards Saint-Martin, Saint-Denis, Bonne Nouvelle, Poissonnière et Montmartre, l’avenue du Général Leclerc, la rue de Vaugirard, le boulevard Barbès, l’avenue de Clichy, le boulevard Sébastopol , l’avenue Jean-Jaurès, la rue Max-Dormoy et le quai Anatole France