Paris: Peugeot déplore qu’Anne Hidalgo veuille «se débarrasser des voitures»

DIESEL Calors Tavares, patron de PSA, estime que le marché du diesel est en baisse depuis le projet lancé par Anne Hidalgo du «zéro diesel d’ici 2020»…

20 Minutes avec AFP

— 

Le président du directoire de PSA, Carlos Tavares, le 18 février 2015 à Paris
Le président du directoire de PSA, Carlos Tavares, le 18 février 2015 à Paris — KENZO TRIBOUILLARD AFP

La maire (PS) Anne Hidalgo «a envie de se débarrasser des voitures à Paris», a affirmé lundi le patron de PSA Carlos Tavares, qui a une nouvelle fois défendu le diesel comme solution à moyen terme pour lutter contre le réchauffement.

Carlos Tavares, qui était intervenu la semaine dernière devant les députés français pour défendre les voitures au gazole dont son entreprise est historiquement spécialiste, était interrogé à ce sujet par un groupe de journalistes en marge du salon automobile de Shanghai (Chine).

Le marché du diesel chute

Depuis le début de l'année en France, les voitures particulières à moteur diesel ont chuté sous les 60% de parts de marché du neuf. Cette dégringolade intervient sur fond de débat quant à la nocivité de leurs émissions et d'annonces d’Anne Hidalgo visant à limiter la circulation dans les rues de la capitale française des vieux diesel.

«Toute cette discussion est partie de "plus de diesels à Paris"», a noté Carlos Tavares, en pointant des études montrant une concentration de particules fines extrêmement élevées sur les quais du RER au centre de Paris.

>> Pollution aux particules fines: L'abandon du diesel est-il la solution?

 

Anne Hidalgo «nous dit qu'elle voudrait se débarrasser de l'énergie fossile, mais je pense que le vrai problème, c'est qu'elle a envie de se débarrasser des voitures à Paris (...) Moi, je n'ai rien contre, mais il suffit de nous afficher clairement la couleur », a ajouté M. Tavares.

«La seule bêtise à ne pas faire, c’est de tuer le diesel maintenant»

«Ce qu'on a essayé d'expliquer aux députés: qu'il y ait une transition vers de la mobilité propre, c'est une évidence. La transition qui est en train de se dessiner qui serait moins de diesel et plus d'électrique, c'est tout à fait honorable, mais si on veut véritablement traiter la problématique du réchauffement climatique, la seule bêtise à ne pas faire c'est de tuer le diesel maintenant», a-t-il ajouté.

A partir du 1er janvier 2020, les véhicules particuliers neufs vendus dans l'Union européenne devront émettre au maximum 95 grammes de CO2 par kilomètre, au lieu de 130 g/km en 2015. Le gazole étant doté d'une efficacité énergétique supérieure à l'essence, il rejette moins de CO2 au kilomètre en moyenne.

«Sans le diesel on ne fait plus les 95 grammes, et sans le diesel on ne fait plus l'objectif de 2030 qui va être fixé par la COP 21», la grande conférence de Paris sur le climat à la fin de l'année, a martelé Carlos Tavares.