Chez soi comme dans un palace

©2007 20 minutes

— 

« Le premier arrivé sera le premier servi et il risque d'y avoir la queue », prévient-on chez Regenium-City Loft, le promoteur immobilier qui commercialise à partir de ce matin le 81, avenue Victor-Hugo (16e). L'appartement témoin de cette résidence de luxe a vu défiler depuis jeudi dernier « des hommes d'affaires étrangers, des sportifs connus et des familles françaises... » Pour un prix plancher de 12 000 € le m2 et jusqu'à 3 millions d'euros le cinq-pièces, l'appart est décoré par Conran & Partners, les prestations les plus modernes (écran plasma dans la salle de bains, wi-fi partout...) se mêlent au charme de l'ancien, et surtout les services égalent ceux d'un concierge de palace. « A l'accueil, 24 heures sur 24, le portier prend vos paquets, on vous trouve vos billets d'opéra pour le soir même, on promène votre chien, on vous remplit le frigo... », détaille Neal Giesecke, gérant de Regenium. Et d'ajouter : « Forts de ce succès, nous lancerons d'autres opérations de ce type. »

Chez Féau, conseil en immobilier de luxe, on confirme la demande croissante pour les biens de 1 à 3 millions d'euros, et le fait que « cette clientèle est demandeuse de services comme elle en trouve dans les grandes capitales ». Les clients, selon Féau, seraient majoritairement étrangers, « à la recherche d'un achat coup de coeur, signe d'appartenance sociale, et qui s'apparente à l'acquisition d'une oeuvre d'art ». Plus personne, dans ce domaine, ne parle en prix au mètre carré. Pourtant, Féau se vante d'avoir réalisé en 2006 une vente record à... 27 000 € le m2.

pénurie « On ne construit plus d'appartements de luxe à Paris depuis les années 1930 », notait Féau dans une étude parue le mois dernier. L'agent immobilier déplore cette pénurie de biens très haut de gamme alors que toutes les grandes villes, de Los Angeles à Moscou, en construisent. Grâce à une clientèle « qui rajeunit et toujours plus nombreuse en provenance de l'étranger », Féau n'anticipe « à court ou moyen terme ni bulle ni crack ».