Foire du trône: Arrêtés samedi avec des explosifs, les deux hommes ont été mis en examen

FAITS DIVERS Autoentrepreneur dans le bâtiment pour l'un, sans emploi pour l'autre, ils ont expliqué aux enquêteurs avoir voulu faire des «expériences»...

20 Minutes avec AFP

— 

Une patrouille de police à la Foire du Trône à Paris le 21 mars 2008
Une patrouille de police à la Foire du Trône à Paris le 21 mars 2008 — Franck Fife AFP

Deux hommes arrêtés samedi avec de l'explosif artisanal au Bois de Vincennes ont été présentés ce mardi à un juge d'instruction et ont été mis en examen. Les pistes du terrorisme et du banditisme sont pour l'heure exclues.

Foire du trône: Que sait-on des deux individus arrêtés en possession de produits explosifs?

Agés de 25 et 32 ans, ils ont été mis en examen pour «détention et transport de substances explosives de nature à créer un danger pour les personnes» et pour «association de malfaiteurs». Le parquet a requis leur placement en détention provisoire, selon la source judiciaire.

«Apprentis chimistes»

Autoentrepreneur dans le bâtiment pour l'un, sans emploi pour l'autre, ils ont expliqué aux enquêteurs avoir voulu faire des «expériences», «s'amuser», selon une source proche du dossier. Leurs compagnes ont dit «tomber des nues». Décrits comme «immatures», les deux suspects se sont présentés comme des «apprentis chimistes».

Ils avaient été arrêtés à Saint-Maurice dans le Val-de-Marne samedi en début de soirée, aux abords du Bois de Vincennes où se tient la Foire du Trône, qui fait l'objet d'une surveillance particulière dans le cadre du plan Vigipirate, avait expliqué une source policière.

Ils avaient été repérés en raison d'un «comportement suspect». L'un d'eux était en train de sortir d'une voiture un sac qu'il manipulait avec beaucoup de précautions. Après vérification, les policiers de la BAC ont découvert dans ce sac deux bocaux contenant au total 285 grammes de produits explosifs. Il s'agissait d'un mélange d'acétone, d'eau oxygénée et de balles de ping pong fondues, a précisé la source proche du dossier.

Le plus jeune des deux suspects est originaire de Seine-Saint-Denis, l'autre du Val-de-Marne et réside non loin du lieu de l'interpellation. Le 2e district de police judiciaire de Paris est saisi de l'enquête.