Paris: Un an après son élection, où en sont les promesses de campagne d’Anne Hidalgo?

POLITIQUE Logement, pollution, transports…«20 Minutes» fait le point sur les engagements d’Anne Hidalgo, un an après sa prise de fonction…

Romain Lescurieux
— 
La maire de Paris, Anne Hidalgo, le 23 mars 2015
La maire de Paris, Anne Hidalgo, le 23 mars 2015 — SIPA PRESS

Un an. La maire de Paris, Anne Hidalgo, souffle ce dimanche avec son équipe sa première bougie à la tête de la capitale. En effet, le 5 avril 2014, elle prenait ses fonctions après des mois de campagne où de nombreuses promesses aux Parisiens ont été faites et des «priorités» dévoilées pour la ville. Notamment via un projet «2014-2020» et un slogan: Paris qui Ose. Tour d’horizon des trois thèmes phare de sa campagne, un an après son élection.

Anne Hidalgo à la mairie de Paris depuis un an: «Elle communique beaucoup, mais…» Lire l'article

Logement

Ce qu’elle a promis: Elle l’a longuement affirmé, le logement est sa «priorité». Dans ce sens, lors de la campagne, Anne Hidaglo  a promis la création dans le parc privé de 10.000 nouveaux logements par an, dont 6.500 logements sociaux, afin d'atteindre l'objectif de 25% de logements sociaux en 2025 dans la capitale et 30% à l’horizon 2030. Elle a également assuré la transformation de 200.000 m² de bureaux obsolètes en logements et la création d’une agence «Multiloc» visant remettre sur le marché locatif les appartements vacants.

Où en est-elle? De nombreuses décisions ont dans un premier temps été actées: Signature du pacte «Logement pour tous», adoption du scoring pour l’attribution des logements sociaux, mise en place du dispositif Multiloc cet été. En termes de créations et transformations, 120 logements sociaux ont notamment été inaugurés en mars dans le 16e arrondissement par Ian Brossat, l’adjoint d’Anne Hidalgo en charge du logement. Et six sites de la SNCF doivent être transformés en zones d'habitations d'ici 2020. En attendant, selon la Mairie, en 2014, la Ville de Paris a atteint un objectif de création de logements avec la réalisation de 9.700 logements dont 7.154 logements sociaux et près de 2.550 logements privés. Pour garder ce rythme en 2015, la révision du PLU (Plan local d'urbanisme) s'annonce comme l'un des grands chantiers de la municipalité.

Pollution

Ce qu’elle a promis: «Enjeu de santé publique majeur», la lutte contre la pollution aux particules fines est un engagement de la campagne d’Anne Hidalgo. Elle a promis que «la diminution de 25% des gaz à effet de serre en 2020 sera atteinte» et a dit vouloir «sortir du diesel» en 2020 en encourageant l’usage de véhicules électriques et «en transformant les bus et en réglementant l’accès des autocars et des camions».

Où en est-elle?  En février, son plan anti-pollution a été adopté par le Conseil de Paris: Une batterie de mesures comprenant notamment la zone à basse émission qui donne alors la possibilité à Anne Hidalgo d'interdire la circulation des cars et des camions les plus polluants dans Paris à compter du 1er juillet 2015. Enfin, sur le cœur du sujet, Anne Hidalgo  a toutefois été vivement critiquée par l’opposition et Ségolène Royal quant à la mise en place de la circulation alternée lors des récents pics de pollution.

Transports

Ce qu’elle a promis : Pour servir son plan anti-pollution, Anne Hidalgo a misé lors de sa campagne sur l’extension des horaires du métro pouvant fonctionner toute la nuit, le Scootlib’, le prolongement du tramway des Maréchaux de la porte d'Asnières (17e) au boulevard Victor (15e), ou encore le doublement du kilométrage de pistes cyclables avec une voie nord-sud et une autre reliant les bois de Vincennes et Boulogne.

Où en est-elle? Sur les horaires du métro «ce n'est pas la ville de Paris qui en décide, c'est la RATP», a-t-elle récemment nuancé. Concernant le tramway 3, il sera bien prolongé sans toutefois qu’une véritable échéance soit précisée. Le nombre de kilomètres de pistes cyclables sera bien «doublé d'ici à 2020». Et un plan vélo «de 100 millions d'euros» doit également permettre à ce moyen de déplacement de s’étendre aux portes de Paris.  Enfin, selon le JDD, le Scootlib’ est lui, toujours «à l’étude».