Paris: Le gouvernement envisage l'ouverture de casinos

JEUX Les casinos sont dans les starting-blocks mais la mairie n'a pas encore dit «oui»...

20 Minutes avec AFP

— 

Des jetons de casino présentés au salon international du jeu à Macao, le 20 mai 2014
Des jetons de casino présentés au salon international du jeu à Macao, le 20 mai 2014 — Philippe Lopez AFP

Bientôt des casinos à Paris? Pour fermer les cercles de jeux marqués par des scandales à répétition, sans favoriser la création de tripots clandestins, le gouvernement envisage la création de casinos à Paris. Les casinos sont dans les starting-blocks mais la mairie n'a pas encore dit «oui».

«Il pourrait y avoir un ou plusieurs casinos»

La Place Beauvau a confié en février une mission «de réflexion» au préfet Jean-Pierre Duport. L'idée est de travailler sur la fermeture des cercles de jeux parisiens et d'avancer à la place «la création d'une offre légale de jeux». C'est-à-dire un ou des casinos selon une source proche.

Jean-Pierre Duport enchaîne actuellement ses consultations. Il voit des représentants des casinos jeudi. Il doit ensuite rencontrer les groupes politiques de la mairie de Paris. Son rapport sera rendu fin avril, a indiqué à l'AFP une source proche du dossier. «A Paris, il pourrait y avoir un ou plusieurs casinos. Nous allons rencontrer les élus, il pourrait ensuite y avoir un appel à concurrence», a précisé cette source.

En l'état, une loi de 1920 interdit «d'exploiter un casino ouvrant des salles de jeux à moins de 100 kilomètres de Paris». Une autre prévoit une dérogation pour les stations thermales comme Enghien-les-Bains (à une vingtaine de km de la capitale), où le casino accueille nombre de joueurs parisiens.

Au fil des années, comblant ce vide, des cercles de jeux ont ouvert à Paris mais sans roulette et sans machines à sous, avec une structure d'association à but non lucratif complètement inadapté à une activité très rémunératrice en termes de cash.Sur fond de malversations financières, depuis 2008, huit cercles ont été fermés sur les dix que comptait la capitale.

Les deux derniers cercles, qui rapportent de 7 à 8 millions d'euros de recette fiscale par an à la ville, selon le cabinet de la maire de Paris, vont donc probablement fermer. Reste à savoir par quoi ils seront remplacés.

«La ville n'a pas arrêté de position»

«S'agit-il de faire sauter complètement la loi de 1920 ou plus modestement de créer des petits casinos à la place des cercles de jeux, comme à Londres. Pour l'instant personne ne sait», s'émeut un haut responsable du secteur des casinos.

La question devra en tous cas passer devant le conseil de Paris, précise le cabinet d'Anne Hidalgo à l'AFP. «L'Intérieur nous a saisis mais pour l'instant la ville n'a pas arrêté de position», précise-t-on.

Du côté des élus, le PCF indique qu'il ne s'est pas encore penché sur la question mais qu'il n'est «pas tellement pour, a priori». L'UMP «travaille sur le sujet». Chez EELV, David Belliard déclare que le groupe qu'il copréside «partage l'idée de mieux réguler les cercles de jeux». «Qui aura le casino, quelles seront les modalités financières pour la ville, quelle politique de prévention sera mise en place?», demande néanmoins l'élu.

Du côté des casinos, tout le monde se prépare. «On suit ça de près, s'il y a un appel d'offres, il est évident qu'on y participera», indique-t-on sous couvert d'anonymat chez l'un des grands opérateurs du secteur.

«Il faut aussi voir comment le PMU et la Française des Jeux (FDJ), qui ont beaucoup de points de vente à Paris, vont accueillir l'affaire», note une source proche. Interrogée par l'AFP, la PDG de la FDJ, Stéphane Pallez, se dit «sereine». La FDJ est habituée à «évoluer dans un monde de concurrence avec une offre de jeux diversifiée».

A Enghien-les-Bains (Val-d'Oise), le cabinet du maire est vigilant. «Il est clair que l'ouverture d'un casino à Paris impacterait notre casino. Mais ce n'est pas la première fois que ce projet arrive et on en est encore loin. Nous ne sommes pas inquiets, on regarde», indique un responsable.