Le groupe «Les Prêtres», composé de Charles Troesch (G), Jean-Michel Bardet (D) et de Joseph Dinh Nguyen Nguyen (C), en concert, le 7 mai 2010 à Marseille.
Le groupe «Les Prêtres», composé de Charles Troesch (G), Jean-Michel Bardet (D) et de Joseph Dinh Nguyen Nguyen (C), en concert, le 7 mai 2010 à Marseille. — AFP/ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

LAICITE

Paris: L’annonce du concert des Prêtres censurée par la RATP ?

Mgr Di Falco, qui a créé le groupe, voulait en faire la publicité dans le métro. La RATP a dit oui à condition que soit retirée la mention «Pour les Chrétiens d'Orient»...

Monseigneur di Falco est en colère contre la RATP. Et pour cause. L’évêque médiatique d’Embrun et de Gap dans les Hautes-Alpes, a vu les affiches d’annonce du concert des Prêtres, le groupe de musique sacrée qu’il a créé, être censurées par la régie publicitaire de la RATP.

La #RATP refuse les affiches avec : POUR LES CHRÉTIENS D'ORIENT,qui annoncaient le concert des #PRÊTRES à l'Olympia. pic.twitter.com/CzI4DChywm

— Jean-Michel di FALCO (@proteus2013) March 30, 2015

 

La mention «Au profit des chrétiens d’Orient» au cœur de la polémique

Les affiches sont bel et bien dans le métro parisien et mentionnent correctement la date et l’heure du concert, le dimanche 14 juin à 16h à l’Olympia. En revanche, la mention «Au profit des chrétiens d’Orient» a disparu de la publicité. Pourquoi? «Je ne comprends pas, répond Mgr Di Falco, contacté par 20 Minutes. On m’a répondu par écrit que cette mention avait une connotation religieuse et que nos annonces ne seraient affichées que si on la retirait.» Principe de laïcité? «Je ne vois que ça, reprend Mgr Di Falco, qui estime tout de même cette mesure disproportionnée. «Récemment, Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères,  a déclaré que c’était une tradition de la France que de venir en aide aux chrétiens d’Orient. Peut-être pour la France mais visiblement pas pour la RATP.»

L’évêque de Gap dit ne pas être à sa première empoignade avec la Régie autonome des transports parisiens. «En octobre déjà, pour annoncer un concert des Prêtres à Paris, la RATP avait menacé de refuser notre campagne parce que j’apparaissais sur les affiches en tenue d’évêque, ce qui impliquait que j’avais une croix sur moi. La RATP ne voulait pas d’une croix dans le métro parisien. Il a fallu l’intervention de TF1, qui gère notre production, pour que les affiches soient validées.»

«Il faut la même règle pour tous»

Du coup, Mgr Di Falco réclame des règles plus clair en matière de laïcité. «Des internautes m’ont fait parvenir des photos d’affiches, toujours dans le métro parisien, du film Qu’Allah bénisse la France, précise l’évêque. Là aussi, cela pose un problème de laïcité, non? Je n’ai rien contre le titre de film et rien contre le fait qu’il soit annoncé dans le métro parisien. Mais je demande le même traitement pour tous. Si, il n’y a pas eu de soucis avec l’annonce de ce film, je ne vois pas pourquoi il y en aurait avec la mention "Pour les chrétiens d’Orient" sur notre annonce de concert.»

Contacté dès mardi soir, Metrobus, la régie publicitaire de la RATP, n'était pas en mesure de nous répondre. Elle a toutefois publié un communiqué ce mercredi midi où elle explique sa décision de ne pas ajouter la mention «Au profit des chrétiens d'Orient». «La convention en vertu de laquelle Métrobus assure l'exploitation publicitaire des réseaux de la RATP prohibe toute publicité présentant un caractère politique ou confessionnel, conformément à l'obligation de neutralité du Service public. [...] Dans ces conditions, la RATP et sa régie publicitaire ne peuvent prendre parti dans un conflit de quelque nature qu'il soit, même si elles ne sous-estiment pas l'émotion que suscite la situation dramatique des Chrétiens d'Orient. Toute atteinte à ce principe ouvrirait la brèche à des prises de positions antagonistes sur notre territoire au nom de la défense de nombreuses communautés pouvant être en situation de conflit.»