A Paris, il y a 28 commerces pour 1.000 habitants

COMMERCES C’est mieux que Londres, indique L’Atelier parisien d’urbanisme qui a recensé les commerces parisiens…

Fabrice Pouliquen

— 

Un commerce du quartier de Château-Rouge, le 3 août 2013 à paris
Un commerce du quartier de Château-Rouge, le 3 août 2013 à paris — Miguel Medina AFP

Un vrai travail de fourmi. De mars à avril 2014, 20 enquêteurs  ont sillonné les rues de Pairs pour faire l’inventaire de ses commerces. Ceux situés en rez-de-chaussée et ayant pignon sur rue. Les résultats viennent d’être publiés sur le site Internet de l’Apur, l’Atelier parisien d’urbanisme. Et il y a quelques résultats étonnants.

Plus de commerces qu’en 2011. Il y avait 62.114 de commerces ou de services commerciaux  en activité à Paris au printemps 2014.  Un chiffre en hausse de 0,8% par rapport à 2011. Un léger mieux qui permet de rompre avec la tendance observée dans la précédente enquête. Le nombre de commerces s’établissait alors à 61.644, en baisse de 1,3% par rapport à 2007. François Mohrt, chargé d’étude à l’Apur, explique principalement cette hausse par «l’afflux de population ces dernières années à Paris.» Olivia Polski, adjointe d’Anne Hidalgo en charge du commerce, cite aussi les résultats de Vital’Quartier. «Ces opérations consistent à faire préempter par la ville des locaux vides pour y installer à des loyers avantageux des commerces de proximités dans des quartiers touchés par la mono-activité. 380 commerces de proximité ont ainsi été installés depuis 2004.»  

>> La carte interactive des commerces à Paris est à consulter ici
 

Paris bat Londres. Il y a à Paris 28 commerces pour 1.000 Parisiens. Pas mal quand on sait que Paris concentre 2,240 millions d’habitants sur 105 km². Cette densité est encore plus frappante en raisonnant à l’échelle du Grand Paris (Paris et sa première couronne). Paris intra-muros abrite 60% des commerces du Grand Paris alors qu’elle ne représente que 14% de la superficie de cet ensemble. Surtout Paris bat Londres. «Elle compte 400 commerces par km² contre 135 pour Londres, indique François Mohrt. Paris a aussi 193 commerces pour 10.000 habitants, contre 116 pour Londres.»

Les 9e et 1e arrondissements les mieux pourvus. Le 9e décroche le record du nombre de commerces par 100 mètres de voies: 7,7. Le 1er, lui, a le record de la densité de commerces par habitant. 137 pour 1.000 habitants. A l’opposé, on retrouve le 19e arrondissement avec 1,7 commerce pour 100 mètres de voie et 12 commerces pour 1.000 habitants.

Les opticiens en pleine bourre. C’est le secteur d’activité qui affiche la plus forte progression entre 2011 et 2014, avec 18% de magasins supplémentaires. Soit 138 tout de même. Les supérettes aussi se portent bien. Elles sont en progression de 9% entre 2011 et 2014, soit 37 établissements supplémentaires. Viennent ensuite les soins du corps (+6%, + 107 établissements), les cafés et restaurants (+4%, + 474 établissements), et les magasins alimentaires traditionnels spécialisés (+3%, +156 commerces).

Les commerces de gros en chute libre. Entre 2011 et 2014, le secteur a perdu 612 établissements dans Paris intra-muros. Grave? Pas forcément à écouter Olivia Polski. Le commerce de gros désigne les magasins qui achètent et vendent à d’autres magasins. «Nous n’avons rien contre cette activité, mais il n’est pas pertinent que ces magasins se concentrent en centre-ville. Ils ne bénéficient pas directement aux Parisiens et font augmenter les flux de livraisons.» «Ces commerces migrent peu à peu en région parisienne, observe François Mohrt. A Aubervilliers notamment.» Les libraires et marchands de presse ne se portent pas bien non plus. Paris compte 83 libraires de moins qu’en 2011, et les bureaux de presse décroissent de 19%.

Il reste des locaux vacants. 7.654 précisément. Paris peut donc encore améliorer sa densité de commerces. Ce qu’entend faire Olivia Polski à travers VitalQuartier. «Il y a deux opérations en cours, chacune se concentrant sur des secteurs particuliers. Une troisième sera lancée en 2016.»