L'information judiciaire visant l'ex-ministre Georges Tron, mis en examen pour viols et agressions sexuelles de deux ex-employées de mairie, a été clôturée par le juge d'instruction d'Evry, a-t-on appris jeudi de source judiciaire confirmant une information de RTL.
L'information judiciaire visant l'ex-ministre Georges Tron, mis en examen pour viols et agressions sexuelles de deux ex-employées de mairie, a été clôturée par le juge d'instruction d'Evry, a-t-on appris jeudi de source judiciaire confirmant une information de RTL. — Bertrand Langlois afp.com

ELECTION

Essonne: L'UMP ne veut pas de Georges Tron comme président du Conseil départemental

Les binômes UMP élus sur le département ont voté, ce lundi matin, pour François Durovray, le maire UMP de Montgeron…

Il était confiant dimanche soir à l’issue du second tour des élections départementales où il se présentait sur le canton de Draveil (Essonne). Georges Tron signait dimanche soir, selon ses propres dires, «la plus belle victoire de sa carrière» en remportant le canton de Draveil avec 37.68% des voix contre 28,50% pour les candidats PS-Ecologistes. 

De quoi se permettre un petit moment d'euphorie et se voir pourquoi pas président du conseil départemental de l'Essonne, tombé dans les mains de l'UMP dimanche soir après avoir été gouverné par les socialistes depuis 1998.

12 voix pour Georges Tron, 15 pour François Durovray

Mais non, Georges Tron, renvoyé en cour d’assises pour viol (il s’est pourvu en cassation) ne devrait pas occuper le poste de président de la nouvelle assemblée. Les binômes UMP élus dans le département lui ont préféré François Durovray, le maire de Montgeron. Ils se sont réunis pour voter à bulletin secret ce lundi midi à Evry. Georges Tron, l’ancien ministre, n’a récolté que 12 voix contre 15 pour François Durovray. Le vote s'est fait à bulletin secret. Ce dernier devrait donc être élu ce jeudi. Quant à Georges Tron, la Cour de cassation statue ce mercredi sur le renvoi aux assises du maire de Draveil pour viols sur deux anciennes salariées de sa mairie.

Contacté par Le Monde, Georges Tron a toutefois souligné ce lundi après-midi qu'il comptait quand même se présenter à la présidence de l'Essonne malgré le vote des élus.