Paris: La partie souterraine du Canal Saint-Martin dévoile ses secrets

INSOLITE Dès le 24 mars, l’œuvre du japonais Keiichi Tahara illuminera de nouveau le souterrain du Canal Saint-Martin. «20 Minutes» en profite pour vous faire découvrir cet endroit mystérieux...

Romain Lescurieux

— 

La partie souterraine du Canal Saint-Martin est longue de 2 kilomètres
La partie souterraine du Canal Saint-Martin est longue de 2 kilomètres — R.LESCURIEUX

Quel est le point commun entre Ratatouille, La Reine Margot ou encore Paris brûle-t-ilLa partie souterraine du Canal Saint-Martin, dans le 11e arrondissement. Cet endroit mystérieux, peu connu des Parisiens, bercé par une obscurité criblée de trous de lumière a en effet servi de décors à ces films. «Court ou long métrage, il y a ici deux tournages par semaine», explique à l’avant d’une embarcation, filant dans cet énorme tuyau, Jean Papoul, documentaliste au service des canaux de la ville de Paris.

«L’équipe américaine de Pixar a demandé l’autorisation de faire des images ici pour réaliser le début du film», poursuit-il, alors que seules les vibrations du métro se font ressentir. Mais le 7e art n’est pas le seul à puiser son inspiration dans cet endroit gorgé de mystères et long de 2 kilomètres.

«Echos de Lumière»

Comme chaque année depuis plus de dix ans, l’œuvre de l’artiste japonais Keiichi Tahara illuminera à nouveau cet endroit*. Les derniers réglages «seront effectués sur l’installation le 24 mars prochain et sa remise en service devrait se faire immédiatement après», note la Mairie. Car cette œuvre spectacle, du nom de «Echos de Lumière», éclaire la voûte de manière inattendue. Au passage des bateaux, des dizaines de projecteurs s’allument alors pour produire en hauteur une succession d'arcs-en-ciel. Au sein même de cet édifice datant du 19e siècle.

Car c’est en 1802 que Napoléon Bonaparte, Premier Consul, décide de renforcer l’approvisionnement de Paris en eau potable, en relançant la canalisation de l’Ourcq et en créant le canal Saint-Martin. Achevé en 1825, ce dernier devient vite un axe important du transport de marchandises dans la capitale, mentionne Paris.fr

D’abord entièrement découvert, le canal Saint-Martin disparaît alors progressivement aux yeux des piétons afin de créer de nouveaux axes de circulation vers l’Est parisien. Les autorités décident d’ajouter aux voûtes de la Bastille (1814 - 1823) les voûtes Richard-Lenoir (1862) et du Temple (1907), qui forment aujourd’hui ce fameux tunnel, relié à un autre endroit gorgé de «trésors»: Le Port de l’Arsenal.

«Caddys, coffres-forts, grenades»  

Aménagé entre 1821 et 1823 et inauguré en 1825, le port de d’Arsenal compte actuellement 170 bateaux en hivernage dans le port de plaisance. Après «une carrière» de port industriel, l’Arsenal comme le Canal Saint-Martin, le Canal Saint-Denis et le Canal de l’Ourcq  est ouvert à la navigation par Jacques Chirac en 1983, offrant ainsi 30 km de voies navigables.

>> Le canal Saint Martin, toute une histoire. Diaporama

Fin 2015 - et comme tous les dix ans - le Port de l'Arsenal sera mis à sec durant quatre mois, pour remettre en état des éléments techniques, enlever la vase ainsi que «les rejets», et découvrir l’envers du décor.

Une période de chômage, durant laquelle «nous devrions trouver des caddys, des coffres-forts ou encore des grenades. En fait, nous avons de tout sauf des voitures», rigole Jean Papoul. Puis début 2016, ce sera au tour du Canal Saint-Martin de connaître son chômage, pour dévoiler à son tour sa «richesse» immergée.

*L’œuvre «Echos de Lumière» de l’artiste japonais Keiichi Tahara sera visible via les croisières Canauxrama et Paris-Canal