Le pourvoi de Tron contre son renvoi aux assises pour viol examiné le 1er avril

JUSTICE La Cour de cassation doit examiner le 1er avril le pourvoi de Georges Tron, contre son renvoi devant les assises pour viol...

20 Minutes avec AFP

— 

Georges Tron, contraint à la démission de son poste de secrétaire d'Etat après avoir été accusé de viols et agressions sexuelles par deux anciennes employées de sa mairie de Draveil (Essonne), a bénéficié mardi d'un non-lieu, qui éclaircit son avenir politique. 
Georges Tron, contraint à la démission de son poste de secrétaire d'Etat après avoir été accusé de viols et agressions sexuelles par deux anciennes employées de sa mairie de Draveil (Essonne), a bénéficié mardi d'un non-lieu, qui éclaircit son avenir politique.  — Kenzo Tribouillard AFP

La Cour de cassation doit examiner le 1er avril le pourvoi de Georges Tron, candidat UMP aux départementales, contre son renvoi devant les assises pour viol sur deux anciennes employées de sa mairie de Draveil dans l'Essonne, a appris l'AFP lundi de source judiciaire.

Démisson

Dans cette affaire qui l'avait contraint à la démission de son poste de secrétaire d'État en mai 2011, après la révélation de l'existence des plaintes le visant, Georges Tron, qui clame son innocence, a dans un premier temps bénéficié d'un non-lieu, prononcé par les juges d'instruction d'Évry en charge du dossier.

Accusations de viols: Comment Georges Tron a tenté d'échapper aux assises

Mais les plaignantes avaient fait appel et, le 15 décembre 2014, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris a infirmé l'ordonnance de non-lieu et renvoyé devant la cour d'assises de l'Essonne le maire de Draveil, qui est candidat aux prochaines élections départementales.