Paris: La ville distinguée première destination touristique mondiale sur Airbnb

Mathieu Gruel

— 

Illustration de touristes à Paris, le 6 février 2015.
Illustration de touristes à Paris, le 6 février 2015. — AMELIE BOQUEN/SIPA

Paris sur la plus haute marche du podium. Ce jeudi, Paris a été distinguée par le PDG d'Airbnb comme étant la «capitale mondiale de la location entre particuliers», comme le rapporte un communiqué de presse de la Ville. Brian Chesky, qui était reçu à l’Hôtel de Ville par Bruno Julliard, premier adjoint à la Maire, en a profité pour décerner cette distinction honorifique, basée sur les données du site, qui a comparé ses chiffres de fréquentation des grandes métropoles internationales.

Et les voyageurs du monde entier plébiscitent la capitale, puisqu'ils sont 1,8 millions à être venus à Paris par Airbnb depuis la création du service en 2008. Un engouement qui a peut-être incité Airbnb a choisi la capitale pour y tenir, en novembre prochain, son événement annuel «Airbnb Open». C’est la première fois que cet événement, qui rassemblera plus de 6.000 participants, se tiendra ailleurs qu’à San Francisco, ville d’origine d’Airbnb.

Taxe de séjour

Lors d'un entretien d’une vingtaine de minutes, Bruno Julliard et Brian Chesky ont évoqué deux sujets importants dans les relations entre la Ville et cette entreprise internationale, dont la taxe de séjour et l’application de la loi ALUR, précise la mairie dans un communiqué.

Conformément à la loi de finance 2015 et au vote du Conseil de Paris, Airbnb pourra désormais collecter la taxe de séjour pour le compte de ses hôtes parisiens. «C’est une mesure d’équité. Les particuliers qui utilisent cette offre d’hébergement, complémentaire de celle du secteur hôtelier, sont soumis aux mêmes dispositifs que les professionnels», a souligné Bruno Julliard. La société américaine s’est d'ailleurs engagée à faciliter la collecte de cette taxe.

Désormais, les nuitées Airbnb seront aussi comptabilisées dans le bilan statistique du tourisme parisien, réalisé chaque année par l’Office du Tourisme et des Congrès de Paris. Elles permettront d’évaluer au mieux le nombre de visiteurs qui se sont rendus dans la capitale.

Contrôler la pratique des locations entre particuliers

Paris et Airbnb se sont également engagés, ce jeudi, à poursuivre leur coopération pour faire respecter les conditions de mise en location saisonnière prévues par la loi ALUR, précise le communiqué. Si la location ponctuelle, par un particulier, de sa résidence principale est légale, rappelle la mairie, proposer un logement dédié à la location à une clientèle de passage nécessite quant à lui une requalification de celui-ci en meublé touristique.

Le propriétaire doit alors compenser ce meublé en créant un logement du même type pour les Parisiens. Sans cela, le propriétaire risque, selon les cas, jusqu’à un an d’emprisonnement et 80.00 euros d’amende, précise le communiqué.