Île-de-France : L’Etat et la région vont y investir 7,3 milliards d’euros sur les six années à venir

POLITIQUE Jean-Paul Huchon, président de la région Île-de-France, a reçu Manuel Valls ce lundi après-midi pour la signature du contrat Etat-Région…

Fabrice Pouliquen

— 

Le Premier ministre Manuel Valls, à droite, aux côtés de Jean-Paul Huchon, président de la région Île-de-France, pour la signature du contrat Etat-région le 16 février 2015 à Paris.
Le Premier ministre Manuel Valls, à droite, aux côtés de Jean-Paul Huchon, président de la région Île-de-France, pour la signature du contrat Etat-région le 16 février 2015 à Paris. — AFP

7,3 milliards d’euros à investir ses six prochaines années. Le projet de contrat plan Etat-Région (CPER), signé ce lundi au Conseil régional d’Île-de-France, porte sur de fortes sommes.  L’enjeu est de taille aussi. Manuel Valls, le Premier ministre, s’est d’ailleurs personnellement déplacé pour signer ce CPER. Ce document, d’une centaine de pages, «est porteur d’une vision pour l’Île-de-France et pour ses habitants, rappelle Jean-Paul Huchon, le président de la région île-de-France. Il incarne sur le territoire l’ambition que nous portons pour la région capitale pour les années qui viennent.»

5,3 milliards d’euros à investir dans les transports

Sur ces 7,3 milliards d’euros, 5,3, soit près des trois quarts, seront consacrés aux transports. «Jean-Paul Huchon, le président de la région Île-de-France, considère temps passé chaque jour dans les transports en commun l’un des facteurs pouvant rendre difficile les conditions de vie en Île-de-France. Ces 5,3 milliards d’euros viseront «à moderniser le RER, à améliorer la ligne A en prolongeant Eole à l’ouest, à prolonger la ligne 11, à boucler le programme des tramways…», liste Jean-Paul Huchon.

75% de ces opérations de transports programmées concernent les départements du Val-de-Marne, de Seine-Saint-Denis, de l’Essonne et de la Seine-et-Marne. Le logement, l’enseignement supérieur, la recherche et plus largement le développement économique et numérique sont les autres grands chantiers dans lesquels ce CPER veut investir. Le CPER va maintenant faire l'objet d'une « consultation publique ». Le vote définitif par le Conseil régional, qui l'a approuvé lors d'un premier vote jeudi dernier, aura lieu au plus tard en juin.

Reste à savoir qui conduira la première région de France sur ces six prochaines années? Les élections régionales se dérouleront le 15 décembre prochain. Au Parti socialiste, une primaire départagera en mars prochain Jean-Paul Huchon, candidat à sa propre succession, et Marie-Pierre de la Gonterie, sa première vice-présidente.

«Ma fidélité à la région Île-de-France»

Mais fallait-il voir la présence de Manuel Valls à la signature comme un soutien de poids apporté au président sortant de la région Île-de-France? Le Premier ministre a rappelé les liens qui l’unissaient à Jean-Paul Huchon.  Mais dans sa présence ce lundi après-midi, «il faut y voir plutôt ma fidélité à cette collectivité territoriale», déclare le Premier ministre, qui fut vice-président du Conseil régional d’Ile-de-France de 1998 à 2002. J’ai décidé de signer presque tous les contrats plans qui seront signés entre l’Etat et les régions. Les seuls que je ne signerai pas, ceux concernant la Guadeloupe, l’Alsace ou la région Midi-Pyrénées, seront signées par François Hollande lui-même.»