Paris: Comment gagner 40.000 logements en rehaussant 11.000 immeubles

URBANISME Une étude de l’Atelier parisien d’urbanisme recense 8.850 parcelles sur les 75.400 que compte la capitale où pourrait être envisagée une surélévation des immeubles sur la rue…

Fabrice Pouliquen

— 

La tour Eiffel apparaît derrière des immeubles à Paris le 4 avril 2014
La tour Eiffel apparaît derrière des immeubles à Paris le 4 avril 2014 — Joel Saget AFP

Gagner de la hauteur pour résoudre la crise du logement… La piste est régulièrement mise sur le tapis à Paris, ville horizontale où les projets de grandes tours sont accueillis avec frilosité. Pourtant, il y aurait de la place à gagner à en croire une étude de l’Atelier parisien d’urbanisme (Apur), dévoilée dimanche par le JDD.

>> Lire aussi: Paris en 2050, l'âge d'or des grandes tours vertes?
 

40.000 nouveaux appartements familiaux de 50 à 70m²

Pas moins de 12% des parcelles de Paris pourraient faire l’objet d’une surélévation des immeubles sur rue. Soit 8.850 parcelles sur les 75.400 que compte la capitale. 11.500 bâtiments pourraient ainsi se voir rajouter de un à cinq niveaux. De quoi gagner deux logements pour certains, une dizaine pour d’autres. Au final, le potentiel serait de 40.000 nouveaux appartements familiaux de 50 à 70m², indique le JDD. Une solution forcément alléchante pour Anne Hidalgo qui s’est engagée à produire 10.000 logements par an.

Une pratique ancienne

«Aujourd’hui, la suppression de la règle de densité (COS), introduite par la loi Alur en mars 2014 ainsi que l’ordonnance «Duflot» en octobre 2013 qui permet de déroger aux règles de gabarit à certaines conditions, offre un contexte législatif favorable» à la surélévation des bâtiments, souligne l’Apur dans son étude.

>> Lire aussi: Comment le logement social façonne Paris

 

La pratique est ancienne. «Tous les immeubles de la place Dauphine, créée au début du XVIIe siècle, ont été surélevés, parfois plusieurs fois, soulignent les auteurs de l’étude. C’est une façon classique de développer Paris, elle fait désormais partie de l’histoire des architectures parisiennes et de son paysage urbain.»