Prostitution: Des partisans de l'abolition, dont un ex-prostituée, manifestent près du Sénat

MOBILISATION Alors que le procès du Carlton dévoile les coulisses de la prostitution, des associations manifestent ce midi pour que le Sénat examient rapidement la loi pénalisant les clients de prostituées...

20 Minutes avec AFP

— 

Rosen Hicher, ex-prostituée,lors de sa dernière étape de  marche pour l'abolition de la prostitution, entre la Porte d'Orléans et la rue Colisée  Paris.
Rosen Hicher, ex-prostituée,lors de sa dernière étape de marche pour l'abolition de la prostitution, entre la Porte d'Orléans et la rue Colisée Paris. — F. Pouliquen / 20 Minutes

De jeunes femmes dans des caddies exhibent des pancartes demandant «marchandise?», «matériel?», «cadeau?», «dossier?». Des partisans de l'abolition de la prostitution ont manifesté mardi près du Sénat pour réclamer l'inscription de la loi pénalisant les clients de prostituées à l'agenda de la haute assemblée. Alors que Dominique Strauss-Kahn est entendu mardi et ce jusqu'à jeudi au palais de justice de Lille dans le cadre du procès de proxénétisme du Carlton, une dizaine de militants d'associations féministes ou de lutte contre la prostitution se sont rassemblés à côté du jardin du Luxembourg, près du Sénat, aux cris de «Abolition de la prostitution, pénalisation des prostitueurs».

La loi adoptée à l'Assemblée nationale depuis plus d'un an

Ils réclament notamment que le Sénat inscrive à son ordre du jour la proposition de loi sur «la lutte contre le système prostitutionnel», adoptée en décembre 2013 à l'Assemblée nationale, mais qui n'a toujours pas été examinée par les sénateurs. «Etes-vous macs ou sénateurs?» interrogeait une pancarte, tandis qu'une autre affirmait «Ni à vendre, ni à prendre».

Parmi les militants se trouvait Rosen Hicher, ancienne prostituée de 57 ans, qui en 2014 a marché 800 km à travers la France pour réclamer l'abolition de la prostitution. Elle a lancé une pétition sur internet pour demander aux sénateurs d'adopter rapidement la proposition de loi, qui a recueilli 30.000 signatures. «J'emmène mes 30.000 signatures. Beaucoup de gens ont compris que la prostitution était une violence. Tout ce que je veux c'est que cette loi soit enfin adoptée et appliquée», a expliqué l'ancienne prostituée, qui devait être reçue dans la journée par la présidence du Sénat.

>> Abolition de la prostitution: 743 km de marches plus tard, Rosen Hicher garde espoir

«Le procès du Carlton démystifie la prostitution»

Mercredi soir doit se réunir au Sénat la Conférence des présidents, qui «déterminera les textes inscrits à l'ordre du jour des prochaines semaines», a expliqué, pour justifier cette mobilisation, Grégoire Théry, délégué général du Mouvement du Nid, une association qui vient en aide aux prostituées, et accompagne les quatre prostituées partie civile du procès lillois.

«Le procès du Carlton démystifie la prostitution», affirme-t-il. «Cette fois, on entend les prostituées, on est obligé de prendre conscience que c'est une exploitation des plus fragiles et une violence sexuelle. Les femmes dans cette affaire sont considérées comme «du "matos", du "cheptel"», des "dossiers"», rappelle-t-il. Les manifestants, dont des militants du Mouvement du Nid, des Effrontées et des Femen, se sont dis prêts à camper sur place, s'ils n'obtiennent pas satisfaction.