Une nouvelle usine de traitement sort de l'eau à Paris

Emilie Chamoreau

— 

L'usine de traitement des eaux la plus moderne d'Europe a été inaugurée hier à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine) par le maire (PS) de Paris, Bertrand Delanoë. Elle fournira de l'eau à quelque trois cent mille Parisiens, dans les 16e et 17e arrondissements, ainsi qu'une partie du 8e. Construite aux normes haute qualité environnementale (HQE), cette unité d'affinage est la seule à traiter l'eau souterraine avec un tel degré d'efficacité. Les travaux, démarrés en janvier 2005, ont duré vingt-six mois et coûté 38 millions d'euros. A la pointe de la technologie, le procédé d'ultrafiltration permettant d'éliminer les pesticides et les particules en suspension, accroît le niveau de sécurité sanitaire tout en étant censé améliorer la qualité de l'eau. Une fois les pesticides fixés par le charbon actif, ils sont éliminés par les membranes d'ultrafiltration. Pour finir, l'eau affinée est désinfectée. « Avant, l'eau qui arrivait était juste chlorée. Aujourd'hui, elle l'est toujours mais uniquement à la fin du processus d'assainissement », explique Michel Joyeux, directeur de la qualité des eaux de Paris. Ce nouveau processus améliore ainsi le goût de l'eau.Chaque année, 200 millions de tonnes d'eau potable sont consommées par les parisiens. La moitié provient des eaux souterraines captées dans un rayon de 150 km autour de la capitale. L'usine de Saint-Cloud produit, elle, 100 000 m3 d'eau par jour. Bertrand Delanoë voudrait que « l'eau soit la meilleure possible pour l'usager et au meilleur prix ». Si pour l'instant cette usine n'alimente que 15 % des foyers parisiens, Odile De Korner, directrice générale d'Eau de Paris, assure qu'en « 2009, toute l'eau de la capitale va être traitée de la même manière ». Une nouvelle usine, qui utilisera cette technique pour traiter les eaux du sud de Paris, devrait ouvrir en 2009 à L'Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne).