Selon le maire du 8e, le parc Monceau serait victime de son succès

ENVIRONNEMENT Comment faire cohabiter les amis qui pique-niquent, les ados qui jouent au foot, la grand-mère qui fait un...

M. H.

— 

Comment faire cohabiter les amis qui pique-niquent, les ados qui jouent au foot, la grand-mère qui fait un tour et la mère de famille qui cherche un parc à jeux pour son fils ? « C'est mission impossible. Du coup, tout le monde se plaint. Y compris les jardiniers », tranche François Lebel, maire UMP du 8e, qui dénonce « une surfréquentation depuis quinze ans ». Selon lui, il faudrait protéger les pelouses du parc Monceau de « l'idéologie Contassot » car à la fin de l'été, « les pelouses sont des tapis-brosses alors que le lieu est historiquement l'un des plus précieux de Paris. » François Lebel assure que les gardiens n'osent pas dire aux jeunes d'arrêter de jouer au foot, « de peur de se faire casser la gueule ». « Le jardin du Luxembourg ou les Tuileries, gérés par l'Etat, ont une discipline de fer, qu'on ne retrouve pas dans les jardins de la Ville de Paris », dénonce-t-il.A la Mairie de Paris, on rappelle que les jeux de ballon sont interdits aux moins de 10 ans et on explique que les city-stades, qui permettent aux ados de faire du sport au bord d'un jardin dans un espace délimité, sont de plus en plus nombreux. Surtout, Yves Contassot explique que grâce à la mise en place de nouvelles techniques, d'un gazon plus résistant et de l'arrosage automatique, les pelouses restent en bon état. « On rencontre des petits soucis avec des propriétaires de chien qui se retrouvent au parc des Buttes-Chaumont ou des joueurs de foot à celui de Bercy. Mais il ne faut pas exagérer. François Lebel voudrait fermer les grilles du parc Monceau et obliger les gens à montrer leur carte d'électeur du 8e arrondissement pour y entrer. C'est une vision curieuse. »