Paris: Le bilan du périph à 70 km/h est «un tissu de mensonges» pour 40 millions d’automobilistes

MOBILITÉ Pierre Chasseray, le délégué général de l’association, dénonce «la malhonnêteté» dont ferait preuve la mairie de Paris dans son bilan de la première année du périphérique à 70km/h…

Fabrice Pouliquen
— 
Paris le 28 mars 2012. Circulation automobiule sur le boulevard peripherique de Paris. Panneau de signalisation Risque pollution a Paris. Bouchons. Embouteillages. Circulation voitures dense.
Paris le 28 mars 2012. Circulation automobiule sur le boulevard peripherique de Paris. Panneau de signalisation Risque pollution a Paris. Bouchons. Embouteillages. Circulation voitures dense. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Baisse des nuisances sonores, de la pollution et diminution de 15,5% du nombre d'accidents. Ce lundi, la ville de Paris et la préfecture de police de la capitale ont dressé un bilan très positif de l'abaissement de la vitesse sur le périphérique de 80 à 70km/h, effectif depuis un an. Mais, pour Pierre Chasseray, délégué général de 40 millions d'automobilistes, ce bilan ne dit que ce qui l'arrange.

>> Paris: La vitesse bientôt abaissée à 50km/h la nuit sur le périph?

Vous parlez de «mensonges par omission» dans le bilan que dresse la ville de Paris et de la préfecture de police…

J’ai horreur de la malhonnêteté intellectuelle. La communication de la ville de Paris m’insupporte. Dans son bilan, elle dit que cette limitation de la vitesse a permis une baisse des nuisances sonores. On parle de -1,2 dB(A) la nuit, et -0,5 dB(A) le jour. Il faudrait préciser que de si faibles baisses de décibels sont imperceptibles à l’oreille humaine. Il y a aussi la pollution. Sans donner de chiffres, il est dit que la baisse de la vitesse et la fluidification du trafic auraient un impact positif mécanique sur les émissions de polluants. Je n’en suis pas sûr car, quand on baisse la vitesse, on augmente les émissions de benzène. Et de cela, personne n’en parle.

En revanche, les chiffres sont précis sur le recul du nombre d’accidents sur le périphérique avec une baisse de 15,5%. Le bilan est positif sur ce point, non?

Encore une fois, la ville de Paris met en avant les chiffres qui avantagent son action. Mais il ne faudrait pas oublier que le nombre d’accidents mortels a augmenté sur le périphérique l’an dernier. Nous sommes passés de 4 tués en 2013 à 7 en 2014. Il serait extrêmement malhonnête de ma part de dire qu’une baisse de la vitesse entraîne une hausse des accidents. Cela serait faux. Mais l’inverse l’est tout autant. Un abaissement de la vitesse n’entraîne pas automatiquement une baisse du nombre d’accident et une baisse de la mortalité routière. A Paris, la ville a également réduit la vitesse maximale autorisée à 30 km/h dans bon nombre de quartiers. Malheureusement, le nombre d'accidents de la route a augmenté.

Craignez-vous que la «chasse» aux automobiles s’accentue en 2015? 

C’est une évidence. Christophe Nadjovski [adjoint Europe écologie - Les Verts (EELV) d’Anne Hidalgo en charge des transports] évoque la possibilité de réduire la vitesse sur le périphérique à 50 km/h de 22h à 7h. Pour quelle raison? J’aimerais bien qu’on me l’explique. Cette guerre à l’automobile est le grand créneau des élus EELV. Or, Anne Hidalgo a besoin d'eux pour garder la majorité au sein de son conseil municipal. On se souvient tous de ce qui s’est passé sur la tour Triangle. Et puis, Paris accueille à la fin de l’année la conférence sur le climat. Anne Hidalgo voudra sans doute jouer la garante de la planète.  

Plan antipollution: 40 Millions d’automobilistes aussi veut réagir

Anne Hidalgo présentera son plan antipollution lors du prochain Conseil de Paris, les 9 et 10 février prochains. Ce plan devrait prévoir des mesures pour interdire «la circulation des véhicules les plus polluants dans Paris intra-muros» dès courant 2015. Pierre Chasseray, délégué général de 40 millions d’automobilistes, ne manquera pas de réagir. «Il est temps pour l’équipe municipale parisienne de se replonger dans les dossiers. Elle s’apercevrait alors que les véhicules diesels neufs aujourd’hui, qui sont sous la norme Euro 6, n’émettent plus de particules fines. Il existe aussi des filtres à particules pour les véhicules diesels anciens. La mairie finance à hauteur 400 euros l’achat par un particulier d’un vélo électrique. 400 euros, c’est aussi le prix de ces fameux filtres à particules.»