Sapin de Noël: Les alternatives aux lâches abandons sur les trottoirs

ENVIRONNEMENT La ville de Paris met en place 100 points de collecte intramuros où déposer son conifère et une start-up parisienne propose d’adopter des sapins vivants en pot…

Fabrice Pouliquen

— 

Sapin de Noël - Illustration.
Sapin de Noël - Illustration. — ISOPIX/SIPA

Début janvier est généralement synonyme de gueule de bois pour les sapins. Les fêtes passées, ils n’ont très vite plus droit de cité dans le salon et se retrouvent bien souvent abandonnés lâchement sur les trottoirs ou dans les forêts.

Pourtant, la solution peut s’avérer coûteuse pour leur propriétaire. Laisser son sapin à même la rue est passible d’une amende de 150 euros. L’abandonner en forêt vous en coûtera autant et ne préserve en rien l’environnement. «Contrairement aux idées reçues, l’accumulation des déchets végétaux dont notamment les sapins peuvent être nocifs pour les sols forestiers», précise l’Office national des forêts (ONF) sur son site internet.

Cent points de collecte dans les squares de Paris

Heureusement, à Paris, les alternatives existent au trottoir. Comme les années précédentes, la ville met en place 100 points de collecte à l’intérieur des squares (voir la carte).

Les sapins peuvent y être déposés sans décoration, non floqués et sans sac jusqu’au 25 janvier. Ils seront ensuite transformés en broyat, utilisé soit comme paillage directement répandu sur les massifs des jardins parisiens, soit comme composant pour la fabrication de compost. L’an dernier, 50.000 sapins avaient été recueillis sur 97 points de collecte.

La solution Treezmas pour Noël prochain?

Ceux qui n’ont pas la «force» de se déplacer jusqu’au plus proche point de collecte pourront être séduits l’an prochain par la solution Treezmas. La start-up parisienne propose depuis trois ans aux foyers franciliens d’adopter des sapins vivants en pot. «Ils sont livrés à domicile et nous venons les récupérer ensuite pour les replanter sur les terres d’un agriculteur partenaire dans les environs de Grenoble», explique Rémy Rousset, l’un des co-fondateur de Treezmas.

Treezmas a fait adopter 1.200 sapins cette année à des familles de Paris et sa proche banlieue. «Le double par rapport à l’an dernier, confie Rémy Rousset. Le ramassage a commencé ce samedi et durera toute la semaine.»