Budget 2015: Comment Anne Hidalgo dit avoir trouvé 400 millions d’euros

Finances Devant notamment faire face à une baisse des dotations de l’Etat, Anne Hidalgo a dû trouver 400 millions d’euros pour boucler son budget 2015…

Fabrice Pouliquen

— 

Anne Hidalgo, le 8 décembre dernier, lors de la présentation d'Utilib, le nouveau service d'autopartage proposée à Paris.
Anne Hidalgo, le 8 décembre dernier, lors de la présentation d'Utilib, le nouveau service d'autopartage proposée à Paris. — SIPA

«Un budget ambitieux qui résout l’équation des 400 millions d’euros.» Voilà comment Julien Bargeton, adjoint au maire en charge des questions relatives aux finances, a présenté le budget de la ville de Paris en conférence de presse jeudi dernier. Un budget qui sera voté par le conseil municipal à partir de ce lundi.

>> Quatre pistes d'Hidalgo pour équilibrer le budget 2015

Quelques cadeaux de dernière minute

Paris a pu profiter d’abord du rebond de son économie qui influe positivement sur ses recettes fiscales. Dans la capitale, les droits de mutations, ces recettes tirées de la vente de logement, sont ainsi en hausse de 70 millions d’euros en 2014 par rapport à 2013 et atteignent le niveau historique de 1,12 milliard d’euros. La contribution sur la valeur ajoutée des entreprises parisiennes est aussi en hausse de 120 millions d’euros.

De nouvelles taxes pour 2015

Cela n’a toutefois pas suffi. Pour combler ces 400 millions d’euros, la ville de Paris a dû aussi réduire de 130 millions d’euros le fonctionnement de son administration. Elle a également augmenté les tarifs des services publics pour les familles aisées, avec la création de deux catégories supplémentaires dans la grille tarifaire: pour les familles gagnant plus de 10.000 euros et celles gagnant plus de 15.000 euros. «12% des ménages parisiens sont concernés et cette hausse des tarifs rapportera 2 millions d'euros en 2015 à la ville», indique Julien Bargeton.

Un contre-budget présenté par l'UMP

La hausse de la taxe de séjour hôtelière et la hausse des tarifs de stationnement rapporteront aussi respectivement 40 millions et 60 millions d’euros à la ville de Paris. L’équipe d’Anne Hidalgo a aussi majoré la taxe d’habitation sur les résidences secondaires (15 millions). De bonnes solutions? Pas pour le groupe UMP qui présentera ce lundi un contre-budget axé sur des économies drastiques de 300 millions d’euros par an.