Grève sans trêve chez les éboueurs

SOCIAL Les négociations étaient au point mort hier dans le conflit qui oppose les éboueurs de Sita à la direction de...

S. C.

— 

Les négociations étaient au point mort hier dans le conflit qui oppose les éboueurs de Sita à la direction de l'entreprise, filiale de Suez. Dans la nuit précédente, sept heures de discussions n'avaient rien donné. Plus de 180 communes franciliennes sont touchées et trois arrondissements parisiens (10e, 18e et 19e).La grève a débuté lundi après l'échec de négociations sur les salaires. « Etant donné que la société engrange 12 millions d'euros de bénéfice, on demande 4 % d'augmentation pour tous, et 2 % supplémentaires pour les agents de maîtrise », explique Laurent Liotta, délégué CGT. Les grévistes se disent prêts à poursuivre le mouvement « jusqu'à ce qu'on ait ce qu'on veut », assurait-il hier.La grève serait suivie par plus de 90 % des agents, selon l'intersyndicale qui a lancé le mouvement, par 80 % selon la direction. Cette dernière a estimé que le bénéfice actuel était « la moitié du niveau évoqué là » et servait à « combler le déficit des années précédentes ». Certaines communes ont fait appel à des sociétés concurrentes comme Veolia ou au service public du ramassage pour la collecte des déchets.