Paris: Pourquoi Village Nature, l’autre projet de Center Parcs, ne fait pas de vagues

ENVIRONNEMENT Les travaux de ce complexe touristique de 180 hectares à 30 km de Paris démarrent officiellement ce jeudi, dans un climat plus apaisé qu’en Isère, où le projet d'un Center Parcs fait polémique…

Fabrice Pouliquen

— 

Les appartements du Village Nature s'inspireront des Jardins suspendus de Babylone.
Les appartements du Village Nature s'inspireront des Jardins suspendus de Babylone. — Maquette T.Huau/Interscène

Village Nature verra le jour, il n’y a guère de doute. Les fondations sont déjà sorties de terre à Villeneuve-le-Compte (77) où le complexe touristique occupera 180 hectares de terrain à six kilomètres de Disneyland Paris. Surtout, le Premier ministre Manuel Valls fera lui-même le déplacement, ce jeudi, pour la cérémonie de la pose de la première pierre du chantier. Une caution de poids pour Village Nature qui ouvrira fin 2016.

>> Village Nature: Bientôt un cousin de Center Parcs à 30 km de Paris, à lire par ici

«Les mêmes ingrédients qu’un Sivens ou un Notre-Dame-des-Landes»

Pourtant, sur le papier, «ce Village Nature pourrait susciter la création d’une zone à défendre, réagit Mounir Satouri, président du groupe Europe Ecologie les Verts au conseil régional d’Île-de-France opposé depuis le départ au projet. On retrouve les mêmes ingrédients que pour l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), le barrage de Sivens (Tarn) ou le Center-Parcs de Roybon (Isère), trois projets décriés par les populations locales.»

Comme à Roybon, le projet de Village Nature est porté par Pierre & Vacances-Center Parcs, associé pour le coup à Euro Disney. «L’ambition est de créer la première destination éco-touristique d’Europe, complémentaire à Disneyland Paris, et dédié à la déconnexion, au ressourcement et à la célébration de la nature », expliquait Dominique Cocquet, directeur général de Village Nature lors de la présentation du projet en juin dernier. Avec un parc aquatique couvert de 9.000m² en forme de pyramide et un lagon à ciel ouvert de 2.500m² proposant une eau à 30° toute l’année.

Privatisation de terres agricoles et subventions publiques

«Alors qu’on parle tous du défi en Ile-de-France d’équilibrer espaces naturels et espaces urbanisés, Village Nature rognera 180 hectares de terres agricoles et espaces forestiers pour un projet privé et élitiste», commente Mounir Satouri.

Mais ce qui énerve le plus les Verts, ce sont les subventions que le Conseil régional a voté le 20 novembre dernier et dont profitera Village Nature. «Le montant total avoisine de 7,5 millions d’euros, indiquent les élus écologistes. Une partie servira à développer les accès à la gare de Chessy (RER A) juste à côté de Village Nature. L'autre à financer les installations géothermiques destinées à chauffer l’eau du lagon». «En période de raréfaction de l’argent public, accompagner des projets portés par des intérêts privés est illogique, reprend Mounir Satouri. La gare de Chessy n’est absolument pas la priorité sur le RER A, la ligne la plus saturée d’Ile-de-France.»

Les Verts esseulés sur ce projet

Mais les Verts sont les seuls à élever la voix. Les autres groupes politiques au Conseil régional voient le projet d’un bon œil. Et localement, le projet ne suscite guère d'opposition. «Village Nature a fait l’objet d’un débat public national, de sept enquêtes publiques sans que jamais un recours ne soit déposé», aime à rappeler Dominique Coquet. 

Nature Environnement 77 a pourtant essayé de lancer la révolte. «Sans succès, regrette Jane Buisson, présidente de l’association. Village Nature a été reconnu projet d’intérêt général par l’Etat, ce qui a amenuisé très vite nos possibilités de recours. Surtout, la population locale ne suivait pas. Peut-être parce que ceux qui habitent ici ont bien souvent emménagé il y a peu et sont moins attachés à défendre leur territoire.»

Peut-être aussi parce que Village Nature annonce, pour l'ouverture, la création de 1.000 emplois directs et 2.000 indirects. Un argument de poids.