Miser sur le cerveau, la fiscalité ou le bureau

ECONOMIE Selon qui parle, les propositions pour relancer l’attractivité francilienne diffèrent. Tous les spécialistes s’accordent...

S. C.

— 

Selon qui parle, les propositions pour relancer l’attractivité francilienne diffèrent. Tous les spécialistes s’accordent sur la bonne nouvelle qu’a été la création, en 2006, de pôles de compétitivité, qui rapprochent les mondes de la recherche, de la formation et les entreprises.Même si les trois pôles franciliens (sur le médicament, les systèmes complexes et les contenus numériques) sont en train de s’installer et n’ont pas encore produit d’effets sur l’emploi, ils devraient vite devenir un vrai plus pour l’attractivité du territoire. La ministre déléguée au Commerce extérieur, ChristineLagarde, a déclaré hier qu’il fallait jouer sur « la fiscalité des entreprises, et l’allégement des procédures administratives » pour continuer à attirer les investissements étrangers. Le conseil régionalmise, lui, sur la recherche et l’innovation, ainsi que sur le développement des transports publics pour tenir le cap face à la concurrence. Le schéma directeur de la région Ile-de-France,qui vient d’être adopté, prône un rééquilibrage de l’activité économique vers l’est et le nord. Au contraire, l’Etat a choisi de relancer la Défense, seul quartier d’affaires capable de rivaliser avec la City de Londres. « La construction de tours montre que ça bouge », s’enthousiasme Chiara Corazza. La directrice générale de Paris Ile-de-France Capitale Economique pense aussi que la vente de biens de l’Etat dans le « triangle d’or » de l’immobilier de bureaux parisiens (8e, 9e et 16e arrondissement) pourrait permettre de « retrouver un souffle nouveau ». Surtout que le prix dumètre carré reste en moyenne deux fois inférieur à celui de Londres.