Transports publics: Paris bat Londres sur le rapport qualité/prix

ENQUETE Du moins en 2014. L’avenir s’annonce plus indécis même avec l’instauration du Pass navigo unique à 70 euros, prévu pour septembre prochain…

Fabrice Pouliquen

— 

Un passe Navigo de la RATP
Un passe Navigo de la RATP — DR

C’est une bataille que Paris aurait gagnée sur Londres… Le rapport qualité/prix des transports publics est à l’avantage des Franciliens, conclut l’Institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU) d’Ile-de-France. Elle publie ce mardi matin, sur son site internet, le second volet de son enquête qui compare le prix des transports entre le Grand Londres et l’Île-de-France.

Une offre de service équivalente mais des tarifs deux fois plus élevés à Londres

Et il n’y a pas photo: les tarifs des abonnements mensuels sont deux fois plus élevés dans l’hypercentre londonnien (l’équivalent des zones 1 et 2 à Paris). L’écart se creuse encore en s’éloignant vers la périphérie. Londres compense toutefois avec une formule «pay as you go», qui permet aux voyageurs de payer uniquement les trajets effectués dans le mois à tarif préférentiel. Les Londoniens profitent aussi d’un réseau de bus deux fois plus fourni qu’à Paris et accessible au tarif unique de 92,75 euros. «Mais le "pay as you go" ne bénéficie qu'à ceux qui ne prennent pas les transports tous les jours et il y a peu de Londoniens abonnés uniquement au bus», explique Frédérique Predali, chargée d’études à l’IAU.

Quant à l’offre service, elle est globalement équivalente», estimait le premier volet de l'enquête publiée le 18 novembre. Londres a plus de lignes de bus, un réseau métropolitain plus diffus et un plus grand nombre de stations de métro et de gares. Mais Paris compense avec «une capacité moyenne du matériel roulant plus de trois fois supérieure à celle de Londres.»

«Un rapport qualité/prix parmi les meilleurs au monde»

Pour Pierre Serne, vice-président au Conseil régional d’Île-de-France en charge des transports, il y a forcément de quoi se réjouir : «Mais ce n’est pas tant la comparaison avec Londres que je retiens. L’IAU a aussi comparé l’évolution tarifaire des transports publics entre 2004 et 2014 à Paris, Londres, Berlin et Madrid (hors TVA et inflation). A Paris, la hausse n’est que de 7% alors qu’elle atteint 21% à Londres ou 31% à Madrid. » Berlin fait toutefois mieux avec une hausse de 4%. «Mais Paris a un rapport prix/qualité de service parmi les meilleurs au monde», estime Pierre Serne.

Mais est-ce le prix juste?

Un constat que ne remet pas en question l’Institut Montaigne, un think tank français auteur d’un rapport en 2012 sur le transport des voyageurs. Mais pour Alexia de Monterno, directrice adjointe de l’Institut, la politique est périlleuse à long terme: «Il convient de maintenir les tarifs sociaux, mais baisser à outrance les tarifs est un mauvais signal envoyé à l’usager. Cela dévalorise le service et déconnecte les Franciliens du coût réel des transports qu’ils empruntent.»

Les marges de manœuvre s’amenuisent aussi s’il faut un jour réinjecter de l’argent frais dans le réseau francilien. «Ce qui arrivera à coup sûr, reprend Alexia de Monterno. La qualité du service se dégrade déjà et la demande en transports croit plus vite que l’offre en île-de-France.» Pierre Serne se défend en répétant que le financement du Pass navigo unique est assuré pour l’essentiel par le versement transport, payé par les entreprises, et ne remet pas en cause les investissements prévus pour rénover les lignes.

Mais s’il faut réinvestir en masse dans les années à venir, «on ne pourra guère plus toucher au versement transport, estime Alexia de Monterno. Quant à rehausser les prix du billet, pas sûr que l’idée plaise alors…»

Les usagers franciliens ne versent que 26% du prix réel de leur ticket

Les usagers franciliens versent 26% du prix réel de leur ticket ou de leur abonnement observait l’Institut Montaigne dans son rapport sur le transport des voyageurs. Une part qui devrait descendre sous les 25% lorsque le Pass navigo unique à 70 euros entrera en vigueur en septembre 2015. Contre 35% à Bruxelles, 40% à Amsterdam, 41% à Madrid ou encore 52% à Londres, liste Le Figaro. L’Institut Montaigne préconise bien plus que la contribution des usagers dans le prix de leurs tickets de transports soit comprise entre 30 et 40%.