Pollution: Anne Hidalgo veut la fin du diesel à Paris en 2020

ECOLOGIE Dans le cadre d'un vaste plan antipollution à Paris, la maire socialiste Anne Hidalgo souhaite l'interdiction des véhicules diesel dans la capitale...

Anne-Laëtitia Béraud

— 

La maire PS de Paris, Anne Hidalgo, le 5 décembre 2014 à Paris.
La maire PS de Paris, Anne Hidalgo, le 5 décembre 2014 à Paris. — Eric DESSONS/JDD/SIPA

Haro sur le diesel à Paris. La maire de la capitale Anne Hidalgo annonce ce dimanche qu'elle veut «la fin du diesel à Paris en 2020». L’édile socialiste détaille les grandes lignes d’un plan antipollution dans un entretien au Journal du Dimanche. Elle souhaite ainsi «qu'on utilise les quatre portiques installés sur le périphérique», prévus dans le cadre de l'écotaxe, et «d'autres types de contrôles» pour interdire ces véhicules dans la capitale.

Plus de la moitié des Parisiens n'ont pas de voiture

Anne Hidalgo imagine cependant «une exception pour certains ménages peu fortunés possédant un vieux véhicule diesel qu'ils n'utilisent qu'occasionnellement» et qui «pourraient être autorisés à circuler le week-end». Signe du changement de la «mutation», l’élue souligne qu’«aujourd'hui, 60 % des Parisiens n'ont déjà plus de voiture, alors qu'en 2001, ils étaient 40 %. Ça va vite».

>> L'avis des internautes de 20 Minutes: Hausse de la taxe sur le diesel: «Changer de véhicule coûte trop cher»

Autre projet, «la mise en place d'axes de circulation réservés aux véhicules propres»: Les «canyons de pollution» comme «la rue de Rivoli» ou les «Champs-Elysées» ne «seraient autorisés qu'aux véhicules à ultra-basse émission et interdits à tous les autres».

Rendre piétonnier les quatre arrondissements du centre de Paris

La maire ambitionne d’étendre les zones à 30 km/h, et de rendre piétonnier les quatre arrondissements du centre, «à l'exception des vélos, bus et taxis, des voitures des résidents, des véhicules d'urgence ou de livraison». Cette mesure débutera «le week-end» avant d'être «rapidement» étendue «au reste de la semaine». Enfin, le nombre de kilomètres de pistes cyclables sera «doublé d'ici à 2020, avec un plan (…) de 100 millions d'euros sur la mandature».

Selon un sondage Ifop pour le JDD, 54% des personnes interrogées souhaitent une interdiction totale des véhicules diesel dans l'agglomération parisienne d'ici 2020.

>> Lire: Le diesel bientôt taxé comme l'essence?

Les propos de la maire n’ont pas tardé à faire réagir. Nathalie Kosciusko-Morizet, présidente du groupe UMP au Conseil de Paris, a posté sur Twitter un lapidaire: 

Yann Wehrling, porte-parole du groupe UDI-Modem au Conseil de Paris, a salué dans un communiqué l’annonce de «semi-piétonisation de l’hyper centre de Paris».  Si «c’est une heureuse initiative», il n’en s’agit pas moins «d’un surprenant revirement» selon l’élu centriste. La maire s’était opposée à ce type de projet durant la campagne pour les élections municipales de mars 2014, précise-t-il. «Qui pense une chose un jour et son contraire le lendemain s’expose à la question de sa crédibilité», professe-t-il.

Satisfaction du côté de l’écologiste Christophe Najdovski, adjoint au Maire de Paris, qui tweete ce dimanche: