Aulnay: Un grand détournement du pain pour qu’il ne soit plus jeté par les fenêtres

DECHETS Depuis un peu plus d’un an, associations locales et bailleurs sociaux de la ville s’unissent autour d’une campagne de préventions des déchets un peu particulière…

Fabrice Pouliquen

— 

Cynthia Roulin, éco-animatrice à la régie de quartier Saddaka, en pleine collecte de pain rassis dans les quartiers nord d'Aulnay dans le cadre de l'opération "Le grand détournement du pain" qui vise à lutter contre cette mauvaise habitude de jeter du pain par la fenêtre.
Cynthia Roulin, éco-animatrice à la régie de quartier Saddaka, en pleine collecte de pain rassis dans les quartiers nord d'Aulnay dans le cadre de l'opération "Le grand détournement du pain" qui vise à lutter contre cette mauvaise habitude de jeter du pain par la fenêtre. — F. Pouliquen / 20 Minutes

C’est devenu un rituel. Chaque vendredi matin, à 8h30, Cynthia Roulin, éco-animatrice au sein de la régie de quartier Saddaka, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), prend un fourgon, enfile ses gants et plonge son nez dans les poubelles. Sa tournée comprend neuf points de collecte dans les quartiers nord de la ville et ne s’intéresse qu’à un seul et unique déchet: le pain.

>> Découvrez cinq aliments à mettre dans un plat plutôt qu'à la poubelle

 

Ce Grand détournement du pain fait le bonheur des chevaux d'un centre équestre non loin de là. C’est là que Cynthia Roulin amène le pain collecté qui sera dévoré comme des friandises.

En finale du concours «S’engager pour les quartiers»

En pleine semaine européenne de réduction des déchets, l’opération, lancée en septembre 2013, pourrait très bien être primée ce jeudi dans le cadre de «S’engager pour les quartiers». Un concours national qui récompense des projets innovants menés dans les quartiers en rénovation urbaine. Sur les 116 dossiers présentés, le Grand détournement du pain est en tout cas dans les trois finalistes dans la catégorie «Innovation sociale et sociétale».

«C’est peut-être la capacité du projet à avoir mis autour d’une même table de nombreux acteurs d’Aulnay-sous-Bois, avance Cynthia Roulin. Le Grand détournement du pain fédère les trois bailleurs sociaux de la ville, des associations locales, plusieurs services municipaux de la ville et reçoit des aides de la région, de la ville, des syndicats de traitement de déchets…»

«L’habitude ici est de le jeter par la fenêtre»

L’action, aussi, sort de la norme. Habituellement, le pain n’est guère ciblé dans les campagnes de prévention des déchets. Mais à Aulnay-sous-Bois, il était devenu un vrai problème une fois devenu rassis ou trop mou pour être mangé. «Trop souvent, ici, il est jeté par la fenêtre, raconte Cynthia Roulin. Culturellement, il y a une gêne à mettre du pain à la poubelle. Les habitants préfèrent encore qu’ils nourrissent les pigeons.»

Mais l’oiseau peut rapidement devenir un nuisible, surtout lorsqu’il arrive en masse. «Et ce pain laissé au pied des immeubles attire aussi les rats, un autre problème dans ces quartiers d’Aulnay-sous-Bois, raconte Jonathan Baudry, lui aussi employé à la régie Saddaka et venu prêter main-forte ce vendredi.

Pas les pains tartinés, pas les croûtes de pizza, les sacs de semoule…

Le Grand détournement du pain se veut donc une alternative à la fenêtre. Les Aulnaysiens des quartiers nord sont invités à déposer leur surplus de pain avant le vendredi matin dans des poubelles spécialement dédiées au pied des immeubles. Cynthia Roulin en ramasse en moyenne 500 kg par tournée, qu’elle trie sur place. «Je ne prends que les pains secs, les seuls que les chevaux peuvent manger sans risque.» 

Et non pas les pains tartinés, les croûtes de pizza ou ce sac de semoule de couscous trouvés dans les poubelles vendredi dernier. «Malgré les campagnes de sensibilisation, il y a toujours des erreurs commises, poursuit Cynthia Roulin qui garde en moyenne 300 kg de pain à la fin de sa collecte.

Le Grand détournement du pain porte toutefois déjà ses fruits à Aulnay-sous-Bois. Sur la propreté déjà. Dans le quartier de la Brise par exemple, le ramassage des déchets n’a plus besoin d’être fait une fois par jours, mais trois fois par semaine, glisse Cynthia Roulin. C’est déjà ça.»