La pollution francilienne aussi nocive que le tabagisme passif

ENVIRONNEMENT Les effets de l'épisode majeur de pollution de l'air de décembre 2013 à Paris peuvent être comparés au tabagisme passif...

D.B. avec AFP

— 

La Tour Eiffel dans un nuage de pollution, à Paris le 12 décembre 2013
La Tour Eiffel dans un nuage de pollution, à Paris le 12 décembre 2013 — Thomas Samson AFP

Un hiver où il ne faisait pas bon respirer. Selon une étude du CNRS révélée par RTL ce lundi, les Franciliens ont respiré jusqu'à 30 fois plus de microparticules qu'en temps normal. Les effets de l'épisode majeur de pollution de l'air de décembre 2013 à Paris peuvent être comparés au tabagisme passif, selon une étude réalisée au cours des 18 derniers mois et présentée lundi, qui met en garde contre les effets sur la santé de l'exposition chronique aux particules fines.

Des risques pour la santé

Pour rendre cette information plus concrète, les chercheurs indiquent que marcher dans Paris équivalait à rester dans une pièce de 20 m2 avec huit cigarettes allumées en même temps. 42.000 décès en France sont liés à l'exposition chronique aux particules fines, ont rappelé les promoteurs de l'étude, qui ont souligné la nécessité d'agir rapidement pour réduire les émissions de ces particules.

Avec des conséquences réelles pour la santé. Car «les petites vont jusqu'aux poumons et les alvéoles et les plus petites vont dans le sang. En passant dans le sang, elles peuvent provoquer des maladies cardio-vasculaires», explique à RTL Jérôme Giacomoni, co-fondateur d’Aérophile.

Mise en place de zones à basse émission

«On sait que les particules fines sont les plus nocives pour la santé», a renchéri Christophe Nadjovski, adjoint (écologiste) au maire de Paris en charge des transports, qui a souligné que la ville de Paris préparait un plan pour début 2015, pour réduire les émissions de polluants.

L'une des pistes est la mise en place à Paris de zones à basse émission, dont l'accès serait limité, voire interdit, aux véhicules les plus polluants, a ajouté Christophe Nadjovski.