Paris: 75% des établissements en réseau éducation prioritaire dans le nord-est

EDUCATION Le recteur dévoilait ce vendredi la liste des établissements qui restent et qui sortent du dispositif avant une décision finale prise par la ministre mi décembre.

O. G. avec AFP

— 

Paris, le 20 novembre 2014, parents et enseignants se sont mobilisés devant le rectorat pour que les 41 établissements parisiens ne sortent pas du Réseaux d'2ducation prioritaire.
Paris, le 20 novembre 2014, parents et enseignants se sont mobilisés devant le rectorat pour que les 41 établissements parisiens ne sortent pas du Réseaux d'2ducation prioritaire. — O. Gabriel / 20 Minutes

L'académie de Paris a présenté vendredi sa proposition de nouvelle carte de l'éducation prioritaire, avec 75% des établissements concernés situés dans le nord-est, «où sont les besoins les plus importants», a indiqué à l'AFP le recteur François Weil. Cette proposition sera soumise le 11 décembre au Comité technique académique (consultatif), puis la ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem prendra mi-décembre la décision finale pour la carte nationale, a-t-il précisé.

La nouvelle carte s'appliquera sur tout le territoire à la rentrée 2015 avec 350 «réseaux d'éducation prioritaire renforcés» (REP+, des ZEP améliorées avec plus de moyens) et des REP. Comme l'éducation prioritaire comptera toujours un millier de réseaux, certains établissements entreront en zone d'éducation prioritaire (ZEP) et d'autres en sortiront, choix effectué par chaque académie suivant un indicateur social.

29 REP contre 32 avant

En jeu à Paris, la répartition des 29 réseaux d'éducation prioritaire attribués par le ministère, contre 32 auparavant, sachant qu'un réseau comprend un collège et les écoles de son secteur. Finalement à Paris, des écoles défavorisées qui ne dépendent pas d'un collège en ZEP ont été prises en compte. Des parents et enseignants se sont mobilisés ces derniers jours contre une sortie pressentie de leur école de l'éducation prioritaire, craignant des classes plus chargées et la perte de dispositifs de soutien des élèves.

Trois collèges parisiens en moins

L'annonce de vendredi «devrait rassurer une partie de ceux qui s'inquiètent», a estimé le recteur. Les écoles Vauvegnargues et Belliard, occupées, figurent ainsi dans la carte. Au final, il y a 214 écoles en ZEP, une de moins qu'avant. Parmi elles, 170 étaient déjà en ZEP, 45 en sortent et 44 y entrent. Pour les collèges, il y en a 29 (dont 4 REP+), soit trois de moins que précédemment. Parmi ces 29 collègues, 22 étaient déjà en ZEP, 7 rentrent et 10 sortent. Comme l'indiquait un responsable syndical, le collège Budé, qui n'avait pas été initialement considéré, a été retenu, mais le collège Lucie-Faure sort à sa place. Il se verra néanmoins proposer «des moyens académiques».

Dans un communiqué le syndicat Le SNUipp-FSU a salué de «réelles avancées : il y aurait quasiment autant d’écoles en éducation prioritaire à la rentrée qu’à présent (la liste rendue
publique comprend 214 écoles contre 215 aujourd’hui). Cette nouvelle annonce est non
négligeable au regard des premières propositions académiques qui prévoyaient 41
écoles en moins en éducation prioritaire pour la rentrée prochaine et une liste
complètement aberrante basée sur une méthode et des critères absurdes.»

Les établissement sortants garderont les moyens de ZEP pendant trois ans

Les 18e, 19e et 20e arrondissements totalisent ainsi 75% du dispositif. «Nous concentrons les moyens là où sont les besoins les plus importants», a indiqué le recteur, estimant que «Paris est très bien traitée dans le cadre de cette réforme» et respecte l'objectif de plus d'équité. Les établissements sortants conserveront les moyens de ZEP pendant trois ans, a-t-il rappelé.