The Charging Place: La start-up parisienne qui ne laissera plus jamais votre téléphone à plat

SERVICE La borne mise au point par Jérôme Navarro et Anne Mouchet permet de recharger son portable dans des casiers sécurisés pour 1 euro. La bonne idée?...

Fabrice Pouliquen

— 

Les deux fondateurs de The Charging Place, Anne Mouchet et Jérémi Navarro, ici au bar Les Piétons, rue des Lombards à Paris. Il s'agit du premier établissement équipé de  leur borne qui permet de recharger son téléphone portable dans des casiers sÈcurisÈs.
Les deux fondateurs de The Charging Place, Anne Mouchet et Jérémi Navarro, ici au bar Les Piétons, rue des Lombards à Paris. Il s'agit du premier établissement équipé de leur borne qui permet de recharger son téléphone portable dans des casiers sÈcurisÈs. — F. Pouliquen / 20 Minutes

Soudain l'écran noir, plus rien, lâché par sa batterie de téléphone portable en pleine journée sans possibilité de le recharger avant d’être de retour chez soi. Qui n'a jamais connu ce genre de déconvenue? Jérémie Navarro et Anne Mouchet le reconnaissent bien volontiers: «Cela nous est beaucoup arrivé». Au point que ces deux Parisiens, tout juste sortis de l’école de commerce, ont décidé de consacrer leur première start-up à ce problème.

L’entreprise s’appelle The Charging Place et s'est hissé dans les trois finalistes dans la catégorie «Services des acteurs publics» de l'édition 2015 de la Fête des services, un concours national qui récompense les meilleures idées de services à la personne.

Dans les bars, les restaurants… et à l’hippodrome de Vincennes

Le coup de pouce de The Charging Place se résume à une borne tout en hauteur qui aligne des casiers. «Six, précise Jérémie Navarro. Tous équipés d'embouts s'adaptant aux différents smartphones.» Pour 1 euro, les Parisiens peuvent y laisser leurs portables pendant 1h30 dans des casiers sécurisers, pour qu'ils y reprennent un peu de jus.

Pendant ce temps-là, les propriétaires peuvent boire un café, manger un bout, jouer au foot voire même assister aux courses hippiques. «Nous équipons à ce jour six lieux à Paris, reprend Jérôme Navarro. Les bars Les Piétons et le Tropic Café, dans la rue des Lombards (1e), le restaurant Le Dupont Café boulevard de Sébastopol (1er), le hall d'accueil de l'hôtel Ibis de la Gare du nord (10e), le Five de la Porte de la Chapelle, un centre de foot en salle, et l'Hippodrome de Vincennes depuis jeudi dernier.»

Un problème en moins pour les barmen

Ces six adresses louent tous leur borne à The Charging Place, entre 200 et 350 euros par mois. Plus qu'à leurs clients, c'est à eux-mêmes qu'ils enlèvent une épine du pied. « Cela devenait infernal, glisse Jean-Jacques, l'un des barmans du bar Les Piétons qui teste le service depuis mars dernier. Nous avions en moyenne une vingtaine de clients à nous demander, surtout le soir après 17h, de leur recharger leur portable derrière le comptoir. Il y avait toujours ce risque de renverser un verre dessus.»

Même constat au Five de la Porte de la Chapelle, équipé depuis trois semaines. «En plein rush, il y avait toujours ce risque de rendre un portable à la mauvaise personne», confie un employé. The Charging Place décharge au moins de ces tracas. L'utilisateur utilise la borne en totale autonomie. Il verrouille et déverrouille son casier grâce à son empreinte digitale.

Equiper une centaine de lieux avant fin 2015

Quelques points sont encore à améliorer admet Jérémie Navarro. «Nous réfléchissons notamment à un moyen pour nous de contrôler les casiers à distance pour les utilisateurs qui oublient leur téléphone.» Mais The Charging Place est d'ores et déjà passé à la vitesse supérieure dans le déploiement de sa borne. «L'objectif est d'équiper une centaine de lieux avant la fin 2015», poursuit Jérémie Navarro.

La jeune start-up veut aussi se faire une place dans l'événementiel, secteur où il existe déjà des offres concurrentes. «Une borne spécifique, dotée de plus de casiers, a été mise au point pour équiper les concerts, salons et autres événements, indique Jérémie Navarro. Nous avons déjà travaillé avec le Sial (salon de l'industrie agroalimentaire) ou encore la RMS Conf consacrée aux ressources humaines.» D'autres commandes arrivent.