De vieux volcans et de l'eau potable, les révélations de la nouvelle coupe du Bassin Parisien

GEOLOGIE La dernière coupe remontait à plus de 30 ans...

O. G. avec AFP

— 

La forêt de Fontainebleau.
La forêt de Fontainebleau. — BRETON YVES/SIPA

Des volcans aussi importants que ceux d'Auvergne sous Paris. Le Bassin parisien, le plus grand bassin sédimentaire français s'est offert une nouvelle coupe géologique. Cette «échographie du sous-sol» a révélé que des réserves potentielles importantes en gaz naturel et en eau, mais aussi de très anciens volcans. La dernière coupe, publiée en 1980, remontait à plus de 30 ans.

Le Bassin parisien, tel que défini en géologie, s'étire à l'ouest et à l'est de Paris, traversant la Normandie, l'Ile-de-France, la Champagne et la Lorraine, jusqu'aux Vosges.

Pour son 50e anniversaire, l’Association des géologues du bassin de Paris (AGBP) a présenté mercredi à la presse une nouvelle coupe géologique du Bassin parisien, qui tient compte des dernières découvertes réalisées grâce aux techniques modernes d'imagerie, comme la sismique par réflexion, sorte d'échographie du sous-sol.

Est ainsi représenté dans la partie Est «un gigantesque bassin d'âge carbonifère» (entre 295 et 215 millions d'années), de plus de 5.000 mètres d'épaisseur.

Des volcans fossilisés, âgés de 250 millions d'années

«On connaissait le bassin houiller aux affleurements, là où il a été exploité, jusqu'à 1.000 m de profondeur, mais on ne savait pas trop comment il se prolongeait sous le Bassin parisien, plus en profondeur», explique Didier Bonijoly de l’AGBP. Les géologues estiment qu'il pourrait contenir d'importantes réserves en gaz de houille. «Le potentiel est en Lorraine», précise Didier Bonijoly. En revanche, plus à l'ouest, «dans les zones du Barrois, du Toulois, et jusqu'à la Champagne humide, ce sera probablement beaucoup trop profond pour être exploitable», estime-t-il.

Sous le plateau lorrain également, la coupe fait apparaître de très anciens volcans fossilisés, âgés de 250 millions d'années. Les masses de lave découvertes grâce à la sismique par réflexion sont telles que les géologues pensent que ces volcans étaient aussi importants que les volcans d'Auvergne que l'on connaît aujourd'hui.

Réserve d’eau potable

Bonne nouvelle pour les générations futures, le Bassin parisien recèle par ailleurs dans son cœur une potentielle réserve stratégique d'eau potable «de très bonne qualité».

«S'il y avait un gros problème d'alimentation en eau pour la ville de Paris, par exemple une grosse pollution sur les eaux de la Seine, on aurait cette énorme réserve d'eau potable», indique Didier Bonijoly. «Sous Paris, elle est à 500 mètres. C'est facilement accessible et ça présente le gros intérêt d'être une ressource protégée», poursuit-il.

Ces travaux confirment également que le sous-sol de l'est de la région parisienne contient des «pièges pétroliers», notamment de l'huile ou pétrole de schiste «piégés» sous des couches d'argile, mais difficilement exploitables dans des zones fortement peuplées.