Paris: La Ville lance un appel à projets innovants pour 23 sites

URBANISME Ce lundi, Anne Hidalgo a présenté les 23 sites parisiens et les exigences pour une opération d’urbanisme qui vise à réinventer la construction à Paris…

Oihana Gabriel

— 

Paris, le 3 novembre 2014, Anne Hidalgo et Jean-Louis Missika ont présenté leur appel à projets urbains innovantes pour 23 sites à Paris.
Paris, le 3 novembre 2014, Anne Hidalgo et Jean-Louis Missika ont présenté leur appel à projets urbains innovantes pour 23 sites à Paris. — O. Gabriel / 20 Minutes

Un hôtel particulier du XVIIe siècle dans le 4e, une gare désaffectée du 13e, des bains douches pour terrains de jeu. Lundi, Anne Hidalgo et son adjoint chargé de l’urbanisme, Jean-Louis Missika ont présenté au Pavillon de l’Arsenal l’appel à projet inédit pour Paris baptisé Reinventer.paris. Sur ce site, chacun peut découvrir les superficies et exigences (une crèche, des logements, un cinéma) des 23 sites parisiens, qui seront vendus ou loués par la Ville, où l’innovation s’invitera à tous les étages.

Réfléchir en amont entre promoteurs, architectes, usagers

Dans la démarche d’abord: la Ville espère que des consortiums mêlant promoteurs, architectes, bailleurs sociaux, mais aussi associations, artistes et start-up réfléchissent à des propositions inédites. Et les riverains seront associés au brainstorming. «Intelligents à plusieurs, c’est toujours mieux que con tout seul», s’amuse la maire de Paris. Et les nouveaux usages des Parisiens devront être au cœur de cette réinvention des 23 sites: avancées technologiques, vieillissement de la population, des buanderies ou jardins partagés, co-working... Les chantiers pourront également explorer les sous-sols, toits… et même le périphérique avec la réalisation d’un immeuble-pont boulevard Pershing (17e) au dessus de la rocade.

En tout, 23 espaces de 275 m2 dans le quartier de Belleville à l’impressionnant immeuble Morland de 40.000 m2 feront l’objet d’appels à projets à remettre au printemps 2015. Avec les premiers permis de construire attendus au premier semestre 2016. Et l’objectif de générer 600 logements. «Mais nous n’attendons pas un croquis hors sol mais une réponse logique aux caractéristiques du site», détaille Jean-Louis Missika devant une salle comble.

Construire sans polluer

Avec, bien sûr, une ambition écologique considérable. Notamment en s’inspirant de l’exposition «Matière Grise» au Pavillon de l’Arsenal, qui fait découvrir comment le réemploi des matériaux peut révolutionner l’urbanisme de demain. «Nous n’avons pas le choix, il nous faut changer notre façon de construire la ville, assure Cyril Le Bihan, architecte.

>> A Saint-Denis, un laboratoire pour réemployer les matériaux

Intégrer les jardins partagés aux plans

Si certains architectes regrettent que cet appel à projets ne soit pas financé par la Ville, d’autres voyaient cette opération comme une démarche nouvelle et intéressante. «Souvent, quand l'architecte veut ajouter des jardins partagés, les promoteurs rechignent à dépenser 2.000 euros pour rendre le toit étanche, explique Cyril Le Bihan, architecte. C’est important de dialoguer en amont avec les investisseurs et de leur donner envie d’innover. De même, si on réfléchit à des techniques de construction en bois ou acier plutôt qu’en béton, les riverains seront moins dérangés par les travaux et déposeront moins de recours.»

Sélectionner le projet sur l’innovation et l’utilité et non sur le prix de vente, c’est le souhait affiché de la Ville. «Nous ne voulons pas faire d’enchères, mais nous ne braderons pas le foncier de la Ville», nuance Jean-Louis Missika. «C’est une bonne chose car aujourd’hui, dans 98% des cas, c’est le prix du foncier qui permet de remporter le projet», commente Cyril Le Bihan. Un engagement difficile à tenir alors que l’exécutif espère réaliser 200 millions d'euros de cessions foncières par an pour boucler son budget.

>> Retrouvez notre diaporama sur l'exposition Matières Grise au Pavillon de l'Arsenal