Burger King à Alésia: Le restaurant ouvre ce samedi 18 octobre

RESTAURATION L'enseigne a choisi ce quartier du sud de Paris pour y ouvrir son «vaisseau amiral» en France et l'un de ses plus grands restaurants en Europe...

Fabrice Pouliquen
— 
Burger King ouvre samedi  matin son restaurant au 80 avenue Général-Leclerc à Alésia.
Lancer le diaporama
Burger King ouvre samedi matin son restaurant au 80 avenue Général-Leclerc à Alésia. — F. Pouliquen / 20 Minutes

La date est arrêtée. Samedi 18 octobre, Burger King ouvrira son troisième restaurant à Paris au 80 avenue du Général-Leclerc, à Alésia. Pas n’importe lequel. Jocelyn Olive, le directeur général de Burger King France, en parle comme de son «flagship store» en France. Son restaurant porte-drapeau autrement dit.

Des jeux interactifs à même les tables

«Il en aura tous les atouts», annonce-t-il. Le fast-food s’étendra sur 1.200 m², comprendra plus de 250 places assises, six bornes pour passer commandes et emploiera 110 personnes, des espaces de jeux dédiés aux enfants… «Mais aussi une école où seront formés nos futurs employés et managers, précise Jocelyn Olive. On innovera également avec des tablettes numériques incorporées aux tables du restaurant sur lesquels les clients pour s’amuser à des jeux interactifs. »

Le choix d’Alésia pour y implanter l’un des plus grand Burger King d’Europe peut intriguer. Le quartier est situé à l’extrême sud de la ville et n’est desservie que par une seule ligne de métro, la ligne 4. «C’est toutefois un lieu de passage important, estime Jocelyn Olive. La majorité des Franciliens de la banlieue sud entrent sur Paris par la Porte d’Orléans à deux pas de là. Et le quartier est en pleine mue.» Les derniers exemples en date sont l’arrivée d’un magasin Marks & Spencer cet été au 69 de la rue Général-Leclerc ou encore le cinéma Gaumont Alésia, en pleine rénovation et qui devrait rouvrir fin 2015.

Un moteur pour Alésia ?

Les commerçants du quartier se disent plutôt favorables à ce qu’un Burger King s’ajoute au tableau. Tous ont en tête les files d’attente qui se formaient devant le restaurant de la gare Saint-Lazare où Burger King avait signé son retour dans la capitale en décembre dernier. «Si cela peut faire venir du monde dans le quartier, c’est forcément une bonne chose», considèrent Patrick et Marie-Claire qui tiennent depuis 1968 la maroquinerie L’Armoirie, voisine du futur Burger King. «Cela peut-être un coup de fouet dans un quartier plutôt en perte de vitesse sur les dernières années», confirme-t-on dans un magasin de meubles de la rue. 

Ce nouveau fast-food ne ferait pas non plus peur aux commerces de bouche du quartier. «La bataille se jouera entre le Mac Donalds du coin et le Burger King, estime Serge Almaric qui vient tout juste d’ouvrir sa boulangerie juste en face du 80 avenue du Général-Leclerc. Avec mes sandwichs et mes quiches, je suis sur une offre alternative.»

Quelques craintes toutefois

Quelques craintes existent tout de même relayées fin juin par Carine Petit, la maire PS du 14e arrondissement dans un communiqué. La propreté déjà. «Rien qu’avec le fast-food déjà existant, la rue Général-Leclerc est jonchée d’emballages chaque matin, au réveil, lorsque j’ouvre ma boutique», indique Serge Almaric. Les bagarres ensuite. «Ces fast-foods restent ouverts tard et attirent une clientèle agitée la nuit dans le quartier, explique Camille Guibert, employé à la Halle de Paris, le primeur du quartier qui a assisté à plusieurs bagarres à proximité du MacDo.

Si Jocelyn Olive garde secret les horaires d’ouverture de son futur restaurant, «cela dépendra du succès du restaurant», précise-t-il, le directeur de Burger King France dit avoir pris des dispositions pour gêner le moins possible les habitants du quartier. «Les horaires de livraisons ont été fixés de manière à éviter de bouchonner la rue et le restaurant sera équipé de canon d’ozone pour neutraliser des odeurs.»