Le haut débit, enjeu politique dans le 77

INTERNET Le journal du conseil général, qui comprenait un dossier intitulé « La Seine-et-Marne pionnière du très haut débit » dans son édition de février, a quelque peu mis le feu aux poudres dans les communes qui, justement, n'en bénéficient pas encore. Alex...

©2006 20 minutes

— 

Le journal du conseil général, qui comprenait un dossier intitulé « La Seine-et-Marne pionnière du très haut débit » dans son édition de février, a quelque peu mis le feu aux poudres dans les communes qui, justement, n'en bénéficient pas encore. Alexandre Potier, habitant de May-en-Multien, se bat depuis 2002 pour obtenir l'ADSL dans son village. Il a également très mal pris la lettre envoyée en janvier par son député, Jean-François Copé (UMP), qui assurait à ses administrés qu'il prenait ce problème en considération. « Nous ne l'intéressions pas depuis des années, et il se réveille à six mois des élections ! », fulmine-t-il.Au conseil général, Bertrand Caparroy, vice-président (PS) chargé de l'aménagement numérique, comptabilise une soixantaine de villages non couverts qui se sont manifestés, mais estime entre « 150 à 200 » les communes de son département qui ne sont pas totalement desservies par l'ADSL. Un grand programme d'installation de WiMAX, du wi-fi très puissant, doit rendre accessible le haut débit à 100 % des foyers seine-et-marnais d'ici à novembre, avec une première tranche en juillet, dans le cadre d'une délégation de service public. « France Télécom n'est pas intéressé par ces clients, peu nombreux, qui ne lui permettront pas de rentabiliser ses investissements, s'indigne Bertrand Caparroy. Nos habitants se sentent franciliens et veulent la même chose que les Parisiens. Ils ont du haut débit au travail, mais se sentent isolés une fois rentrés chez eux. On subit la problématique des départements ruraux. »

M. G.